PRO­TÉ­GER L’ART PRÉ­HIS­TO­RIQUE

Mon Quotidien - - LES PEINTURES DE LASCAUX -

CONTEXTE Les cé­lèbres pein­tures ru­pestres (sur la roche) de la grotte de Las­caux ont été réa­li­sées il y a en­vi­ron 17 000 ans. Elles ont été dé­cou­vertes en 1940.

À Las­caux, en Dor­dogne, le 16 sep­tembre 2010

LES FAITS

Yves Cop­pens est ici de­vant l’une des pein­tures ru­pestres de la grotte de Las­caux. Il a été nom­mé di­rec­teur du conseil scien­ti­fique de la grotte en 2010 et a consti­tué une équipe pour la pré­ser­ver.

COM­PRENDRE

En 2007, la pol­lu­tion (cham­pi­gnons, moi­sis­sures...) se dé­ve­lop­pait et me­na­çait ce site d’ex­cep­tion. Des me­sures ont été prises. « De­puis quelques an­nées, la grotte va mieux et son état est stable, ex­plique Yves Cop­pens. L’équipe de scien­ti­fiques que j’ai réunie fait du bon bou­lot. Il y a des spé­cia­listes qui s’oc­cupent du conte­nu de la grotte et qui la sur­veillent : roche, cir­cu­la­tion de l’air, tem­pé­ra­ture, bac­té­ries, insectes... C’est nor­mal, la grotte vit ! Elle est pe­tite et n’est qu’à 5 à 6 m de pro­fon­deur. Des ra­cines y entrent. Il faut aus­si faire at­ten­tion à l’eau qui s’y en­gouffre de l’ex­té­rieur. On a créé un si­mu­la­teur dans un la­bo­ra­toire à Bor­deaux (Gi­ronde), qui nous montre com­ment la grotte risque d’évo­luer à l’ave­nir. » Le pu­blic n’a plus le droit de la vi­si­ter de­puis des di­zaines d’an­nées. Elle est ou­verte seule­ment 500 à 600 heures par an pour les scien­ti­fiques, qui y des­cendent avec une com­bi­nai­son spé­ciale pour ne pas la pol­luer. Yves Cop­pens a eu la chance d’y en­trer plu­sieurs fois. Il ra­conte. « Quand on des­cend, on res­sent l’émo­tion des “dieux” de la pré­his­toire en voyant tous ces des­sins et pein­tures qui nous ra­content l’his­toire de ces hommes. C’est un peu l’im­pres­sion qu’on a quand on entre dans un lieu re­li­gieux. On est bien sûr aus­si émer­veillé par la qua­li­té de ces oeuvres réa­li­sées par un très grand maître et ses élèves. Il y a 1 500 gra­vures, 600 pein­tures d’ani­maux, de scènes de vie, et 400 signes mys­té­rieux. » Pour que le pu­blic puisse res­sen­tir la même émo­tion en ob­ser­vant ces pein­tures, une re­cons­ti­tu­tion to­tale de la grotte est en cours, en bas de la col­line où se trouve la vraie grotte. L’ou­ver­ture de Las­caux 4 est pré­vue en 2016.

LE SA­VIEZ-VOUS ?

En quelle an­née la grotte de Las­caux a-t-elle été fer­mée au pu­blic pour évi­ter qu’elle ne s’abîme ? 1963. En

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.