« J’ai un cô­té guer­rier, je n’ai pas de li­mites »

Mon Quotidien - - FRANCE - En­tre­tien réa­li­sé par A. N.-C.

Il avait par­ti­ci­pé à l’émis­sion en 2011, mais il n’avait pas ga­gné. La se­maine der­nière, Laurent, 32 ans, a rem­por­té l’édi­tion des « an­ciens » de Koh-Lan­ta. In­ter­view. Quar­tiers. « Je suis content et fier. J’es­père que ma vic­toire va ou­vrir des portes aux jeunes des quar­tiers dif­fi­ciles. Qu’elle leur mon­tre­ra qu’en se bat­tant jus­qu’au bout tout est pos­sible. Je re­pré­sente le jeune qui sort un peu de nulle part. » Ar­gent. « J’ai gran­di dans une ci­té (groupe d’im­meubles) dif­fi­cile du Val-de-Marne (94). J’ai ar­rê­té mes études as­sez tôt. J’ai com­men­cé à tra­vailler à 18 ans : je vou­lais ga­gner de l’ar­gent pour voya­ger. Je rê­vais d’al­ler aux ÉtatsU­nis, au Bré­sil (Amé­rique) et au Ja­pon (Asie). C’est fait ! » Émis­sion. « J’ai vou­lu par­ti­ci­per à l’émis­sion, car j’adore faire ce que les autres ne font pas. Et puis, j’aime la com­pé­ti­tion, af­fron­ter les autres. En­fin, je vou­lais dé­cou­vrir qui j’étais dans des si­tua­tions com­pli­quées. » Sang-froid. « J’ai dé­cou­vert que je ne per­dais pas mon sang-froid dans les si­tua­tions dif­fi­ciles. J’ai un cô­té guer­rier et je n’ai au­cune li­mite. J’ai réa­li­sé l’im­por­tance des liens fa­mi­liaux. Après ma par­ti­ci­pa­tion en 2011, je me suis beau­coup rap­pro­ché de mon père, à qui je n’avais ja­mais dit que je l’ai­mais. » Voya­ger. « Koh-Lan­ta m’a ou­vert l’es­prit sur le monde. J’ai en­core plus soif de par­tage et d’aven­ture. Je veux conti­nuer à voya­ger. J’ado­re­rais être le nou­veau Ni­co­las Hulot ! » Dans quel pays d’Asie l’émis­sio o cette an­née ?

Laurent a é par ses cam 7 voix à 0 lo o la fi­na­lee

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.