Com­ment choi­sir son sa­pin de Noël

Mon Quotidien - - FRANCE - M. Serre

« 5,6 mil­lions de sa­pins de Noël na­tu­rels ont été ache­tés en 2013. Ils ne sont pas abat­tus dans n’im­porte quelle fo­rêt sau­vage. 8 sa­pins sur 10 sont culti­vés en France, spé­cia­le­ment pour cette oc­ca­sion. Ils poussent sur­tout dans les ré­gions mon­ta­gneuses du Mor­van (Côte-d’Or (21), Saône-etLoire (71), Nièvre (58) et Yonne (89)) et de celles de Rhône-Alpes, mais aus­si en Bre­tagne. » Tu pour­ras de­man­der au vendeur d’où Il me­sure en gé­né­ral entre 1 m et 2 m, il est vert et c’est l’une des stars des fêtes de fin d’an­née. Le sa­pin de Noël va bien­tôt faire son en­trée dans les mai­sons pour être dé­co­ré ! Fré­dé­ric Nau­det, pré­sident de l’As­so­cia­tion fran­çaise du sa­pin de Noël na­tu­rel, donne quelques conseils pour bien ache­ter et conser­ver son sa­pin. vient ton sa­pin. « Il faut 5 ans pour faire pous­ser un sa­pin d’en­vi­ron 1 m et le double, pour un arbre de 2 m. » « Les es­pèces les plus culti­vées sont les sa­pins Nord­mann (7 sa­pins sur 10). Les autres sont des épi­céas. L’épi­céa est très vert. Ses ai­guilles sont courtes, pi­quantes et tombent. Mais il sent bon. Pour le Nord­mann, on fait ve­nir des graines du Cau­case (ré­gion entre la mer Noire et la mer Cas­pienne). Il pousse presque 2 fois moins vite et coûte plus cher que l’épi­céa. Il a l’avan­tage de gar­der ses ai­guilles plus long­temps, mais il n’a pas d’odeur. Pour que le sa­pin dure, il faut évi­ter de le mettre dans une pièce trop chauf­fée ou der­rière une vitre, et il faut l’ar­ro­ser sou­vent. S’il est fixé sur une bûche, n’hé­site pas à la plon­ger dans une bas­sine d’eau. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.