Ce prêtre a sau­vé des cen­taines de per­sonnes

Mon Quotidien - - MONDE - O. Gas­se­lin

Cet homme est un hé­ros des temps mo­dernes. Le prêtre Ber­nard Kin­vi a sau­vé des cen­taines de per­sonnes, dont beau­coup d’en­fants, dans son pays, la Ré­pu­blique cen­tra­fri­caine, l’un des plus pauvres d’Afrique. Il vient d’être ré­com­pen­sé par Hu­man Rights Watch, une as­so­cia­tion hu­ma­ni­taire qui dé­fend les droits de l’homme dans les pays en guerre. En 2013, une guerre éclate dans le pays. Des mi­lices et des groupes ar­més ter­ro­risent la po­pu­la­tion et tuent beau­coup de per­sonnes. « Un soir, lorsque les coups de feu ont di­mi­nué à Bos­semp­té­lé, où j’ha­bite, j’ai vou­lu tout faire pour sau­ver les bles­sés et les res­ca­pés du quar­tier. Dès cet ins­tant, ma vie ne comp­tait plus, nous ra­conte le père Ber­nard Kin­vi, qui a pas­sé des jours à cher­cher des sur­vi­vants. Je n’ima­gi­nais pas qu’il y en au­rait au­tant. En 1 an, j’ai re­cueilli 1 500 per­sonnes pour les pro­té­ger dans mon hô­pi­tal et mon église : des chré­tiens et des mu­sul­mans. » La ma­jo­ri­té étaient des femmes et des en­fants. Le prêtre se sou­vient ain­si d’un en­fant de 12 ans fuyant les com­bats avec sa mère et sa soeur. « Il a réus­si à pro­té­ger sa tête, mais des mi­li­ciens lui ont cou­pé les mains avec une ma­chette. On l’a opé­ré, on lui a sau­vé la main droite, mais pas la main gauche. Ma­mou­dou me consi­dère au­jourd’hui comme son père. Il va à l’école au Ca­me­roun. Je ne cesse de pen­ser à lui. »

Le père Kin­vi dans sa mis­sion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.