D’où vient le nom des fu­sées Ariane ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

La­by­rinthe. « Ce nom vient de la my­tho­lo­gie grecque. Ariane est la fille du roi de Crète (une île grecque) Mi­nos. Elle donne un fil à Thé­sée, dont elle est amou­reuse, pour qu’il re­trouve son che­min dans un la­by­rinthe. Il s’y rend pour com­battre le Mi­no­taure, un monstre au corps d’homme et à la tête de tau­reau. Grâce à ce fil, Thé­sée réus­sit à sor­tir sans se perdre, une fois le monstre ter­ras­sé. » Poé­tique. « Dans les an­nées 1970, l’Eu­rope a l’idée de construire un nou­veau lan­ceur spa­tial. Son nom ? L3S. Mais Jean Char­bon­nel, mi­nistre du Dé­ve­lop­pe­ment in­dus­triel et scien­ti­fique de la France à l’époque, et Georges Pom­pi­dou, le pré­sident, n’ai­maient pas ce nom. Le mi­nistre a pro­po­sé Ariane. Il le trou­vait plus poé­tique. Et qu’il tra­dui­sait bien les dif­fi­cul­tés à mettre en place ce pro­jet. Comme Thé­sée avait eu des dif­fi­cul­tés à sor­tir du la­by­rinthe ! »

« Au­jourd’hui, “Ariane” dé­signe toute une fa­mille de lan­ceurs. Le 6e va être construit. Le nom est tou­jours aus­si bien por­té, car chaque pro­jet est com­pli­qué et très long à mettre en place. » De quelle ville fran­çaise si­tuée en Amé­rique les fu­sées Ariane sont-elles ti­rées ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.