Com­ment ex­plique-t-on le fou rire ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par A. Ta­riel

Cer­veau. « Le fou rire sur­vient quand, dans notre cer­veau, le néo­cor­tex (par­tie qui contrôle la rai­son) ne contrôle plus le cer­veau lim­bique (par­tie res­pon­sable des émo­tions). » Trop d’émo­tions. « Le fou rire se dé­clenche quand on a ac­cu­mu­lé trop d’émo­tions sans pou­voir les ex­pri­mer : co­lère, tris­tesse, stress... Plus il y a d’émo­tions à faire sor­tir, plus le fou rire va du­rer ! Rien ne sert de vou­loir le retenir : c’est im­pos­sible. » En­ter­re­ment. « Le fou rire est très sou­vent dé­clen­ché par une chose ano­dine, par exemple, un ob­jet qui tombe par terre lors d’un en­ter­re­ment. On a d’ailleurs re­mar­qué que les fous rires ar­rivent sou­vent lors des en­ter­re­ments et, en gé­né­ral, lors des mo­ments de forte émo­tion. » Conta­gieux. « Le fou rire est conta­gieux, car, dans notre cer­veau, des neurones mi­roirs re­pro­duisent les émo­tions des autres, même sans rai­son ! » Sou­la­ger. « Le fou rire per­met d’éva­cuer des émo­tions, de s’en sou­la­ger. Il fait tra­vailler les muscles du dia­phragme, dé­tend le corps, comme une séance de sport. On se sent très bien après ! » À quoi servent les muscles zy­go­ma­tiques, dans les joues ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.