La grotte Chau­vet a été co­piée pour être pré­ser­vée

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. Hal­lé

Il y a des cen­taines de re­pré­sen­ta­tions de mam­mouths, de rhi­nos, d’ours, de fé­lins...

Aus­si sur­nom­mée « Chau­vet 2 », la Ca­verne du Pontd’Arc ou­vri­ra ses portes au pu­blic le 25 avril. Si­tuée à Val­lon-Pont-d’Arc (Ar­dèche), c’est une ré­plique de la grotte Chau­vet, au­tre­fois oc­cu­pée par des hommes pré­his­to­riques. Sa construction a dé­bu­té du­rant l’été 2012. Elle s’étend sur le site du Ra­zal, à 5 km de la vraie grotte, sur une sur­face grande comme 29 ter­rains de foot. Les billets sont dé­jà en vente sur In­ter­net. Ins­crite au Pa­tri­moine mon­dial de l’UNES­CO, la grotte Chau­vet est connue dans le monde en­tier pour ses in­croyables pein­tures et gra­vures ru­pestres, vieilles de 36 000 ans. On y trouve des cen­taines de re­pré­sen­ta­tions de mam­mouths, d’ours, de rhi­no­cé­ros, de fé­lins... et même d’un hi­bou. Après sa découverte, en 1994, le site avait été aus­si­tôt fer­mé au pu­blic. But : pré­ser­ver les pein­tures ori­gi­nales et évi­ter les er­reurs com­mises à Las­caux (lire Historique). En ef­fet, les vi­si­teurs re­jettent, en res­pi­rant, beau­coup de gaz car­bo­nique. Ce gaz dé­grade for­te­ment les pein­tures. De plus, dans la grotte Chau­vet, les pein­tures n’ont pas été abî­mées par le temps, car une grosse chute de pierres avait blo­qué l’en­trée de la grotte jus­qu’à sa découverte. Les oeuvres n’étaient donc pas en contact avec l’air ex­té­rieur. La ré­plique de la grotte a coû­té 54 mil­lions d’eu­ros. Pour tout sa­voir sur son ou­ver­ture, va sur le site : la­ca­ver­ne­du­pont­darc.org. Com­ment ap­pelle-t-on une per­sonne qui ex­plore les grottes et les ri­vières sou­ter­raines ?

Les vi­si­teurs de la Ca­verne du Pont-d’Arc em­prun­te­ront des pas­se­relles.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.