N

Mon Quotidien - - PLAYBAC PRESS -

J’ai d’abord lais­sé par­ler mes élèves de CM2 avant la mi­nute de si­lence. 1 seul élève sur 29 ne sa­vait pas ce qui s’était pas­sé. Cer tains sont même ar­ri­vés en di­sant : « Je suis Char­lie ». D’autres connais­saient des dé­tails un peu san­glants. Je leur ai fait un point sur les 3 re­li­gions mo­no­théistes (un seul dieu) chris­tia­nisme, ju­daïsme et is­lam. Et on a fait du vo­ca­bu­laire : is­la­mistes, ex­tré­mistes, ra­di­caux... Je leur ai aus­si ex­pli­qué ce qu’était Char­lie Heb­do, et que ce n’était pas un jour­nal pour eux. Ils sa­vaient ce qu’était une ca­ri­ca­ture. Je leur ai dit que les gens étaient libres, en France, d’ache­ter, ou pas, ce jour­nal. Comme on a dé­jà étu­dié la Ré­vo­lu­tion fran­çaise, les droits de l’homme, la li­ber té d’ex­pres­sion... tout ça avait du sens pour eux. On avait : étu­dié aus­si la cen­sure sous Na­po­léon. À écou­ter les élèves, je n’ai res­sen­ti chez eux ni peur ni pa­nique. Mais je les ai ras­su­rés en di­sant qu’il y avait des po­li­ciers et que leur rôle était de pro­té­ger les gens. En­fin, on a fi­ni par évo­quer la so­li­da­ri­té, le vivre en­semble, le fait d’avoir la chance de vivre dans un pays en paix. En tout, nous avons par­lé 45 mi­nutes. J’ai évo­qué briè­ve­ment l’évé­ne­ment, car une élève est dé­cé­dée il y a 1 se­maine. Mais ils ont bien com­pris l’idée du deuil. J’ai ensuite in­sis­té sur l’idée de dé­fendre la li­ber té de la presse et pré­ci­sé que ce jour­nal fai­sait des des­sins.

des jour­na­listes qui avaient fait des des­sins pour faire rire. Mais tout le monde n’a pas le même hu­mour. Alors je me suis ca­ri­ca­tu­ré au ta­bleau de fa­çon exa­gé­rée (avec un gros nez et des grandes oreilles), pour dire qu’on pou­vait se mo­quer sans être mé­chant. J’ai rap­pe­lé que nous avons de la chance d’avoir une li­ber té d’ex­pres­sion en France et qu’il faut la dé­fendre. à New York, aux États-Unis (Amé­rique). J’ai rap­pe­lé cet évé­ne­ment à mes élèves. Je leur ai dit qu’ils n’étaient pas en­core nés en 2001, mais que cet at­ten­tat avait mar­qué l’His­toire, comme ce­lui de Pa­ris, mer­cre­di, le fe­ra cer tai­ne­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.