H hé­ros ële

Mon Quotidien - - PLAYBAC PRESS -

de gen­darmes. Ils avaient échan­gé des coups de feu avec les forces de l’ordre. Saïd est alors lé­gè­re­ment bles­sé. Après avoir aban­don­né leur voi­ture, ils ar­rivent à l’im­pri­me­rie à pied. Mi­chel n’a pas le choix : il ouvre la porte aux 2 ter­ro­ristes. Ils prennent alors Mi­chel en otage. Mais ils ignorent qu’il y a un em­ployé dans les lo­caux. Mi­chel dis­cute cal­me­ment avec eux. Puis, les Koua­chi lui de­mandent d’ap­pe­ler les gen­darmes pour les aver­tir de leur pré­sence. 2 d’entre eux ar­rivent sur les lieux et sont pris pour cibles par les 2 frères. Pour cal­mer les ten­sions, Mi­chel pro­pose de soi­gner Saïd. À 10 h 20, il est re­lâ­ché. Pen­dant ce temps, Li­lian est, lui, mon­té au 2e étage du bâ­ti­ment. Il s’est ca­ché sous un évier de la can­tine, der­rière des car­tons. Mal­gré les risques, il en­voie d’abord des SMS à sa fa­mille. Son père, avec qui il est en contact de­puis le ma­tin, pré­vient alors les gen­darmes que son fils est à l’in­té­rieur. Ra­pi­de­ment, Li­lian de­vient le meilleur al­lié du GI­GN (com­man­do de la gen­dar­me­rie na­tio­nale) en charge de l’opération. Avec calme et sang-froid, le jeune homme donne par SMS des in­for­ma­tions tac­tiques : le lieu où il se trouve et où sont les frères Koua­chi (car il les en­tend par­ler), ain­si que la des­crip­tion des lo­caux. Li­lian aide ain­si le GI­GN à pré­pa­rer l’as­saut. Après 8 heures d’at­tente, les frères Koua­chi sortent du bâ­ti­ment en ti­rant sur les forces de l’ordre. Le GI­GN lance donc l’as­saut. En quelques mi­nutes, les 2 frères sont tués. Seul un gen­darme du GI­GN est lé­gè­re­ment bles­sé. Épui­sé, mais sain et sauf, Li­lian

De la fu­mée se dé­ga­geait de l’im­pri­me­rie pen­dant l’as­saut du GI­GN.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.