Com­ment un gi­let pare-balles ar­rive-t-il à pa­rer les balles ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Sortes. « Il existe plu­sieurs sortes de gi­lets pare-balles, dont le gi­let dis­cret et le gi­let lourd. » Fibre. « Le gi­let dis­cret est consti­tué d’une fibre très ré­sis­tante. Il est as­sez épais et pèse en­vi­ron 2 ki­los. Une balle de pis­to­let ou de re­vol­ver est ar­rê­tée. La fibre l’em­pri­sonne et l’em­pêche d’at­teindre le corps. Ce gi­let peut aus­si pro­té­ger d’un coup de cou­teau (mais cer­taines lames par­viennent mal­gré tout à trans­per­cer la fibre). Ce type de gi­let ne pare pas les balles des grosses armes. Tout le monde peut ache­ter ce type de gi­let. » Plaque de cé­ra­mique. « Le gi­let lourd pro­tège une per­sonne des balles ti­rées par les armes de guerre des ter­ro­ristes. À l’in­té­rieur se trouve une plaque de cé­ra­mique. Ce gi­let est très lourd : il pèse en­vi­ron 14 ki­los. Une balle de fu­sil se casse sur cette plaque. Seuls les po­li­ciers, les gen­darmes… peuvent se pro­cu­rer cet équi­pe­ment. Il existe des gi­lets en­core plus pro­tec­teurs. Ils sont ré­ser­vés aux mi­li­taires. » Dis­tance. « Nor­ma­le­ment, ces gi­lets sont faits pour pro­té­ger les per­sonnes même quand le ti­reur est très proche. Sou­vent, les tests sont faits à 3 mètres de dis­tance. » Un gen­darme est un mi­li­taire. Vrai ou faux ?

Un po­li­cier por tant un gi­let pare-balles lourd, à Pa­ris, le 9 jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.