Pour­quoi des gens pro­tes­ten­tils en brû­lant des livres ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Re­li­gion. « Ces dji­ha­distes ne sont pas d’ac­cord avec ce qui est écrit dans ces livres. Se­lon eux, ces textes ne res­pectent pas leur re­li­gion (l’is­lam). Ils choi­sissent de les brû­ler. » Feu. « Ils ne se contentent pas sim­ple­ment de les je­ter à la pou­belle. Ils choi­sissent de les dé­truire par le feu. Ils le font de­hors, pour être vus en train de le faire. C’est comme si ces livres étaient im­purs. Les brû­ler, pour eux, c’est comme net­toyer la ville. On peut com­pa­rer cet acte à ceux du Moyen Âge, quand des sor­cières étaient brû­lées pour être tuées. » Pas­sé. « On ne sait pas si, en Irak, les dji­ha­distes ont choi­si les livres un par un. C’est sur­tout leur geste qui veut dire quelque chose. Un livre est une trace de la mé­moire. En le brû­lant, on dé­truit aus­si un pas­sé. Ces gens-là veulent im­po­ser leur loi dans la ville. » His­toire. « Dans l’His­toire, ce­la s’est pro­duit plu­sieurs fois. On ap­pelle ce­la un “au­to­da­fé”. C’est un mot qui vient du por­tu­gais. En 1933, en Al­le­magne, les na­zis ont brû­lé beau­coup de livres. Ces au­to­da­fés sont res­tés cé­lèbres (photo). Les na­zis se dé­bar­ras­saient des livres dé­fen­dant la paix en Eu­rope ou des livres écrits par des per­sonnes juives. » Com­ment s’ap­pelle le livre sa­cré des mu­sul­mans ?

Des na­zis en 1933. brû­lant des livres,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.