« Plus de 50 pe­tites îles risquent de dis­pa­raître »

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. Hal­lé

2014 a été l’an­née la plus chaude de­puis le dé­but des re­le­vés des tem­pé­ra­tures, en 1880, se­lon des ex­perts. Au sol, la tem­pé­ra­ture moyenne a été 1 °C au-des­sus de celle du XXe (20e) siècle. Dans les océans, la tem­pé­ra­ture a été 0,57 °C su­pé­rieure à la moyenne des 134 der­nières an­nées. Du ja­mais-vu. Autre pré­ci­sion des spé­cia­listes : 9 des 10 an­nées les plus chaudes de­puis 1880 font par­tie du XXIe (21e) siècle. Prin­ci­pale cause : les émis­sions de gaz à ef­fet de serre par l’homme, se­lon les ex­perts. Si on ne les ré­duit pas, le ré­chauf­fe­ment au­ra de graves consé­quences. « Les évé­ne­ments cli­ma­tiques ex­trêmes vont se mul­ti­plier, pré­vient Mat­thieu Or­phe­lin, de la Fon­da­tion Ni­co­las Hu­lot. En France, il y au­ra, par exemple, da­van­tage de sé­che­resses et de ca­ni­cules, l’été. Et il y au­ra da­van­tage de tem­pêtes l’hi­ver. » Le ré­chauf­fe­ment en­traîne aus­si une hausse du ni­veau des mers, à cause de la fonte des glaces aux pôles. Mais aus­si parce que les mo­lé­cules d’eau de mer, plus chaudes, ont ten­dance à s’« agi­ter » et à s’éloi­gner les unes des autres. Con­sé­quence : le vo­lume (es­pace oc­cu­pé) de la mer aug­mente. « La mer de­vient aus­si plus acide (toxique). Ce­la abîme les co­raux qui pro­tègent les îles. Plus de 50 pe­tites îles risquent de dis­pa­raître sous l’eau. Mais aus­si des côtes, dans cer­tains pays, par exemple en Asie du Sud-Est. Des cen­taines de per­sonnes risquent d’être obli­gées de quit­ter leurs mai­sons. »

Il y au­ra da­van­tage de sé­che­resses et de ca­ni­cules, l’été, et de tem­pêtes, l’hi­ver

Quelle a été la tem­pé­ra­ture moyenne en France en 2014 : 10,5 °C, 13,8 °C ou 15,3 °C ?

La hausse du ni­veau des mers risque de faire dis­pa­raître des îles des Tu­va­lu (Océa­nie).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.