LE JU­GE­MENT DES CRIMES

Mon Quotidien - - 10 L’ANNÉE 1945 -

CONTEXTE Les Al­liés (pays en­ne­mis de l’Al­le­magne) avaient an­non­cé dès 1943 leur in­ten­tion de ju­ger les chefs na­zis si­tôt après leur dé­faite pour les crimes com­mis pen­dant la guerre.

À Nu­rem­berg, en Al­le­magne (Eu­rope), le 21 no­vembre 1945

LES FAITS

Les hommes por­tant des écou­teurs sont des mi­li­taires na­zis ayant fait tuer ou tor­tu­rer des mil­liers de per­sonnes du­rant la guerre. Sur le banc des ac­cu­sés, on trouve de gauche à droite : Her­mann Gö­ring, Ru­dolf Hess, Joa­chim von Rib­ben­trop, Wil­helm Kei­tel et Al­fred Ro­sen­berg. Les écou­teurs leur per­mettent d’en­tendre la tra­duc­tion du pro­cès en al­le­mand.

COM­PRENDRE

Le pro­cès de Nu­rem­berg dé­bute le 20 no­vembre 1945. La plu­part des grands chefs na­zis, dont Hit­ler, sont morts. D’autres (Eich­mann, Men­gele…) ont réus­si à fuir à l’étran­ger ou se cachent. Mais par­mi les mil­liers de pri­son­niers al­le­mands, les Al­liés ont re­trou­vé des proches d’Hit­ler, comme Gö­ring, l’an­cien chef de la po­lice. Du­rant un an, 24 na­zis sont ju­gés pour les crimes qu’ils ont com­mis et les mil­lions de per­sonnes, no­tam­ment des Juifs, qu’ils ont fait as­sas­si­ner. Mal­gré les té­moi­gnages des sur­vi­vants des camps, les ac­cu­sés se dé­clarent in­no­cents. Ils af­firment qu’en tant que mi­li­taires, ils n’ont fait qu’obéir aux ordres d’Hit­ler. Le 1er oc­tobre 1946, 12 d’entre eux sont condam­nés à mort par pen­dai­son et 10 autres à des peines de pri­son. Deux sont re­con­nus non cou­pables.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Vrai ou faux ? Lors du pro­cès, les ac­cu­sés avaient dé­ci­dé de ne pas dire « un mot contre Hit­ler » . Vrai.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.