Vrai ou faux ? Il existe des ro­bots-chi­rur­giens

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Ma­chines. « C’est vrai. Mais ce ne sont pas les ro­bots des films de science-fic­tion ! Ce sont des sortes de ma­chines. » Ca­mé­ra. « Avant, opé­rer, c’était ou­vrir le corps et at­teindre les or­ganes. Une nou­velle tech­nique existe de­puis 20 ans. Le prin­cipe : faire des pe­tits trous (entre 5 et 10 mil­li­mètres) pour in­tro­duire une ca­mé­ra et des ins­tru­ments dans le corps. Le tout pre­mier ro­bot ser­vait “juste” à te­nir la ca­mé­ra. » Tiges. « Au­jourd’hui, c’est plus so­phis­ti­qué. Le chi­rur­gien re­garde un écran et pi­lote, avec des joys­ticks, les tiges ar­ti­cu­lées qui “tra­vaillent” dans le corps. Le ro­bot qui fait ces opé­ra­tions s’ap­pelle le Da Vin­ci. Le chi­rur­gien n’est même plus dans la même pièce que le pa­tient. Mais le ro­bot ne rem­place pas l’homme. S’il y a une er­reur, c’est la faute du chi­rur­gien, pas celle du ro­bot ! » À dis­tance. « Au dé­but, cette tech­no­lo­gie était un pro­jet mi­li­taire, pour opé­rer à dis­tance, sans al­ler sur le front. Puis ce­la a été dé­ve­lop­pé pour les hô­pi­taux. En 2001, pour la pre­mière fois, un chi­rur­gien fran­çais a opé­ré un pa­tient à Strasbourg de­puis... New York ! C’était une ré­vo­lu­tion, mais ce n’était en­core que le dé­but. » Com­ment s’ap­pelle le fait d’être en­dor­mi com­plè­te­ment avant d’être opé­ré ?

80 ro­bots Da Vin­ci sont uti­li­sés en France (ici, à Bor­deaux). De très nom­breuses opé­ra­tions sont en­core réa­li­sées sans ro­bot.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.