Hyp­nose : est-il vrai­ment pos­sible d’en­dor­mir quel­qu’un ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Idées. « Non. On confond le sens de ce mot, car il vient du nom d’Hyp­nos , le dieu grec du Som­meil. Hyp­no­ti­ser quel­qu’un, ce n’est pas l’en­dor­mir. C’est le plon­ger dans un état par­ti­cu­lier, dans le­quel il aban­donne ses croyances. On le rend plus souple, mal­léable. L’hyp­nose mé­di­cale sert, par exemple, à ai­der quel­qu’un à ar­rê­ter de fu­mer. On pro­fite de cet état pour lui faire chan­ger ce qu’il croit, pour ré­or­ga­ni­ser ses idées. Si un homme dit qu’il fume pour être moins stres­sé, on va l’ai­der à pen­ser : “Je vais ar­rê­ter de croire que fu­mer m’aide à être moins stres­sé”. » Dans la lune. « Cet état est dé­clen­ché na­tu­rel­le­ment. C’est comme quand tu es dans la lune. Un hyp­no­ti­seur a des tech­niques (sa voix, faire fixer un point…) pour plon­ger son pa­tient dans cet état. » Té­lé. « Dans des émis­sions de té­lé ou des spec­tacles, des hyp­no­ti­seurs pro­fitent de cet état d’hyp­nose pour jouer avec la per­sonne. Ils lui de­mandent de fer­mer les yeux, de tout lâ­cher. Elle de­vient alors une “ma­rion­nette” à qui il peut de­man­der de faire le bé­bé ou d’aboyer… Les per­sonnes qui viennent sur scène sont d’ac­cord et elles se laissent conduire vers cet état. Elles se laissent même ri­di­cu­li­ser ! » Com­ment s’ap­pelle un mé­di­ca­ment qui fait dor­mir ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.