TROIS CONTI­NENTS LIÉS

C

Mon Quotidien - - LE COMMERCE TRIANGULAIRE -

CONTEXTE Le Por­tu­gal a ven­du en­vi­ron 5 mil­lions d’es­claves, le Royaume-Uni, 3 mil­lions, et la France, 1,5 mil­lion.

Gra­vure de 1881

LES FAITS

es es­claves afri­cains s’ap­prêtent à par­tir vers l’Amé­rique. Pieds et mains en­chaî­nés, ils sont sur­veillés par des mar­chands d’es­claves, ap­pe­lés « né­griers ».

COM­PRENDRE

Entre le XVIe (16e) et le XIXe (19e) siècle, au moins 11 mil­lions de per­sonnes sont em­bar­quées de force de­puis l’Afrique vers l’Amé­rique par des Eu­ro­péens (Bri­tan­niques, Es­pa­gnols, Fran­çais, Néer­lan­dais, Por­tu­gais)… Ceux-ci or­ga­nisent un com­merce tri­an­gu­laire à tra­vers l’océan At­lan­tique (voir carte). Il se dé­roule en trois étapes. La pre­mière consiste à trans­por­ter des mar­chan­dises fa­bri­quées en Eu­rope (tis­su, laine, vin...) vers l’Afrique. Celles-ci sont alors échan­gées contre des es­claves par les né­griers et des chefs de tri­bus afri­cains (étape 1 sur la carte). Les pri­son­niers sont en­tas­sés dans des cales de na­vires pour un voyage long de deux à trois mois vers l’Amé­rique. Les condi­tions de voyage sont dif­fi­ciles : 1 es­clave sur 10 ne sur­vit pas au tra­jet, à cause du manque de pro­pre­té à bord. Une fois ar­ri­vés, les sur­vi­vants sont à nou­veau ven­dus, pour tra­vailler dans des champs aux États-Unis, au Bré­sil, aux An­tilles (étape 2)... Avec l’ar­gent de la vente de ces hommes, les né­griers rem­plissent leurs ba­teaux de pro­duits amé­ri­cains (sucre, ca­fé, ta­bac…). Une fois de re­tour en Eu­rope, ils les re­vendent beau­coup plus cher (étape 3). Au XVIIIe (18e) siècle, beau­coup de né­griers se sont en­ri­chis grâce à ce sys­tème.

LE SAVIEZ-VOUS ?

De quelle grande ville de Loi­reAt­lan­tique des né­griers fran­çais par­taient-ils ? Nantes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.