L’OR BLANC GRÂCE À L’OR NOIR

Mon Quotidien - - LA FIN DE L’ESCLAVAGE AUX ÉTATS-UNIS -

CONTEXTE Vers 1860, les es­claves sont en­vi­ron 4 mil­lions aux États-Unis. Ils re­pré­sentent 13 % de la po­pu­la­tion. Beau­coup tra­vaillent dans le sud, où les terres agri­coles sont très nom­breuses.

Près de Sa­van­nah, aux États-Unis (Amé­rique), dans les an­nées 1860

COM­PRENDRE

Une plan­ta­tion est un grand do­maine agri­cole où un seul pro­duit est culti­vé : la canne à sucre, le ca­fé, le ca­cao, le ta­bac... Pour le pro­prié­taire de ces terres, l’ob­jec­tif est de vendre ses pro­duits le plus cher pos­sible en Eu­rope (lire p. 4-5). Le co­ton, par exemple, a beau­coup de va­leur outre-At­lan­tique, où il était rare avant le XVIIIe (18e) siècle. Pour pro­duire et pou­voir vendre à grande échelle (le plus pos­sible), les pro­prié­taires des plan­ta­tions du sud des États-Unis achètent des es­claves. Ces per­sonnes sans droits tra­vaillent toute la jour­née, sou­vent six jours sur sept, dans des condi­tions très dif­fi­ciles (sous la cha­leur, par­fois avec des bles­sures…). Elles ne coûtent pas cher : elles ap­par­tiennent à leur maître, qui les loge dans des cases sans confort, les nour­rit peu et leur four­nit quelques vêtements. De plus, le fait d’être es­clave est hé­ré­di­taire : un en­fant né de deux pa­rents es­claves de­vien­dra lui aus­si es­clave. Grâce à ces tra­vailleurs presque gra­tuits, les pro­prié­taires de plan­ta­tions s’en­ri­chissent. Les es­claves, eux, meurent en gé­né­ral au bout de 10 ans de tra­vail dans leurs champs.

LES FAITS

LE SAVIEZ-VOUS ?

Vrai ou faux ? On peut faire de l’huile avec une graine de co­ton.

uti­li­sée. très est elle Vrai,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.