Des fossés pour pro­té­ger les sol­dats d’Han­ni­bal ?

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. H.

Des ar­chéo­logues es­pa­gnols pensent avoir re­trou­vé des traces de l’ex­pé­di­tion d’Han­ni­bal, le chef de Car­thage ayant at­ta­qué les Ro­mains il y a 2 200 ans. Han­ni­bal (247-183 av. J.-C.) est de­ve­nu cé­lèbre pour avoir tra­ver­sé les Py­ré­nées et les Alpes avec 37 élé­phants de guerre et 100 000 hommes. Il est par­ti du sud de l’Es­pagne (Eu­rope) pour re­joindre Rome, en Ita­lie (Eu­rope) ! Les ar­chéo­logues disent avoir dé­cou­vert de gi­gan­tesques fossés sous la ville de Valls, au nord-est de l’Es­pagne. Se­lon eux, ces fossés ont peut-être ser­vi à pro­té­ger les troupes d’Han­ni­bal lors de la 2e guerre pu­nique (lire Com­prendre), entre 218 et 202 av. J.-C. L’un d’eux me­sure plus de 400 m de long et 5 m de pro­fon­deur ! Des ob­jets ont été dé­ter­rés, dont des pro­jec­tiles en plomb et des pièces de mon­naie à l’ef­fi­gie d’Han­ni­bal. Les ar­chéo­logues ignorent ce qu’il s’est pré­ci­sé­ment pas­sé à cet en­droit. C’est peut-être là que des Ro­mains ont bat­tu l’ar­rière-garde de l’ar­mée d’Han­ni­bal. Mais ce­lui-ci a quand même conti­nué son ex­pé­di­tion vers l’Ita­lie. Il pre­nait tou­jours soin de lais­ser des sol­dats le long de la route pour as­su­rer la sé­cu­ri­té de ses troupes. Ar­ri­vé au pied des Py­ré­nées, son ar­mée ne compte plus que 70 000 hommes. Il n’en reste plus que 26 000 quand Han­ni­bal ar­rive à Tu­rin, en Ita­lie. Ce­la ne l’em­pêche pas de ga­gner des vic­toires face aux Ro­mains. Mais il ne réus­si­ra pas à prendre Rome. D’autres fouilles vont être me­nées pour per­cer les mys­tères de ces fossés.

Un fos­sé me­sure plus de 400 m de long et 5 m de pro­fon­deur

Com­ment s’ap­pelle la reine d’Égypte, en­ne­mie des Ro­mains au Ier (1er) siècle av. J.-C. ? Ef­fi­gie : image. Ar­rière-garde : groupe de sol­dats se dé­pla­çant à l’ar­rière d’une ar­mée. Prendre (ici) : prendre le contrôle.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.