« LES RE­QUINS SONT EN DAN­GER, PAS LES HOMMES »

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. Hal­lé

Aaron Ge­kos­ki, 34 ans, est aven­tu­rier, plon­geur, jour­na­liste, pho­to­graphe et réa­li­sa­teur de do­cu­men­taires sur la na­ture, au Royau­meU­ni (Eu­rope). Beau­coup de gens sont ef­frayés par les re­quins. Aaron, lui, s’est pris en pho­to avec eux pen­dant 2 heures, en jan­vier, au large de l’Afrique du Sud ! Tu peux voir la vi­déo et des pho­tos de son ex­ploit sur les sites de la chaîne EpicTV et du jour­nal The Te­le­graph. « Avec Ch­ris, lui aus­si réa­li­sa­teur, on s’est dit que les sel­fies étaient un bon ou­til pour faire pas­ser notre mes­sage, ex­plique Aaron. 100 mil­lions de re­quins sont tués chaque an­née, sur­tout pour leurs ai­le­rons, dont la soupe est très ap­pré­ciée en Asie. Les re­quins, eux, tuent à peine 5 per­sonnes par an, sou­vent par ac­ci­dent. Ce ne sont pas des man­geurs d’hommes. Ce sont eux qui sont en dan­ger. » Pa­risP­re­to­ria : 8 700 km et 11 heures d'avion Aaron et Ch­ris ont eu l’idée de pho­to­gra­phier des re­quins alors qu’ils fai­saient un film sur la mi­gra­tion (dé­pla­ce­ment se­lon les sai­sons)... des sar­dines, l’été der­nier. Les re­quins sont leurs plus gros pré­da­teurs : les squales adorent man­ger ces poissons. Le pho­to­graphe a donc pro­fi­té de leur pré­sence pour prendre ces sel­fies…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.