UN ROI DU CAR­NA­VAL TÊTE EN L’AIR

Mon Quotidien - - FRANCE -

CONTEXTE Le car­na­val a sou­vent lieu à Mar­di gras, une fête chré­tienne avant le ca­rême (pé­riode de 40 jours du­rant la­quelle les chré­tiens mangent peu, pour se faire par­don­ner leurs fautes par Dieu).

À Nice (Alpes-Ma­ri­times), en France, le 13 fé­vrier les Ro­mains, or­ga­ni­saient des fêtes où les pauvres se pre­naient pour des riches, et in­ver­se­ment. Ces fêtes étaient gé­né­ra­le­ment or­ga­ni­sées à la fin de l’hi­ver, pour cé­lé­brer le re­tour du prin­temps. En Grèce, un grand dé­fi­lé avait lieu en l’hon­neur du dieu Dio­ny­sos (dieu du vin, de la vé­gé­ta­tion…). À Rome aus­si, lors des grandes fêtes des Sa­tur­nales (en l’hon­neur de Sa­turne, lui aus­si dieu du vin), es­claves et maîtres in­ver­saient les rôles. Au Moyen Âge, le car­na­val s’est ré­pan­du en Eu­rope. C’était l’oc­ca­sion de se mo­quer des rois et des nobles, en se ca­chant der­rière un masque et un cos­tume ri­di­cule. De­puis, la tra­di­tion du dé­gui­se­ment est res­tée. Au­jourd’hui, Nice fait par­tie des plus grands car­na­vals du monde, avec ceux de Ve­nise, en Ita­lie ; de Co­logne, en Al­le­magne (Eu­rope) ; de Qué­bec, au Ca­na­da ; de Rio de Ja­nei­ro, au Bré­sil (Amé­rique)...

LES FAITS

LE SA­VIEZ-VOUS ?

Que lancent le maire et son équipe d’élus au car­na­val de Dun­kerque (Nord) ? ! pois­sons) des( ha­rengs Des

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.