Du cou­rant... et l’encre s’al­lume sur la feuille !

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. H.

On sait dé­sor­mais im­pri­mer de la lu­mière ! L’en­tre­prise amé­ri­caine Ro­hin­ni vient de pré­sen­ter Light­pa­per. Il s’agit d’une encre conte­nant de mi­nus­cules diodes, qu’on peut uti­li­ser pour im­pri­mer sur une feuille spé­ciale ! Les diodes sont les mêmes que celles des écrans de té­lé de type OLED (lire Com­prendre). Quand un cou­rant élec­trique tra­verse la feuille, l’encre s’illu­mine ! Grâce à cette tech­no­lo­gie, on peut im­pri­mer de la lu­mière et la fixer sur n’im­porte quel sup­port. Les in­ven­teurs ont mis au point des diodes mi­cro­sco­piques, qui peuvent « te­nir » dans une feuille de pa­pier très fine. Cha­cune me­sure 8 mi­cro­mètres, c’es­tà-dire 0,008 mil­li­mètre ! De l’encre est en­suite mé­lan­gée aux diodes et le tout est im­pri­mé sur une feuille conduc­trice. Cette feuille est en­fer­mée entre 2 couches de pro­tec­tion (voir pho­to). Quand le tout est ali­men­té en élec­tri­ci­té, les diodes s’al­lument. À quoi ser­vi­ra cette in­ven­tion ? Ses créa­teurs ex­pliquent que le Light­pa­per a beau­coup d’uti­li­sa­tions pos­sibles : en­seignes lu­mi­neuses pour des hô­tels, lo­gos lu­mi­neux sur des smart­phones, af­fi­chage des montres, phares de voi­tures… Le Light­pa­per pour­ra aus­si ser­vir à faire des écrans de té­lé en­core plus fins ! Pour l’ins­tant, les diodes sont ré­par­ties au ha­sard sur la feuille : il peut donc y avoir des zones plus sombres que d’autres. Ce­la se­ra cor­ri­gé dans la deuxième ver­sion, qui se­ra sans doute en vente cet été (seule­ment pour les pro­fes­sion­nels).

Les diodes me­surent 0,008 mil­li­mètre !

Que si­gni­fient le nom et l’ad­jec­tif light, en an­glais ? Diode (ici) : pe­tite pièce élec­tro­nique pou­vant émettre de la lu­mière. Conduc­teur (ici) : qui conduit l’élec­tri­ci­té. Pixel : très pe­tit élé­ment for­mant une par tie de l’image.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.