Les mam­mi­fères ma­rins s’échouent-ils pour mou­rir ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Seuls. « Quand un mam­mi­fère ma­rin (ba­leine, dau­phin com­mun, glo­bi­cé­phale…) est vieux et qu’il sent qu’il va mou­rir, il s’isole de son groupe. S’il est ma­lade, il ne veut pas trans­mettre ses mi­crobes aux autres : il erre par­fois près des côtes et peut fi­nir par s’échouer sur une plage. D’autres meurent en pleine mer, mais tou­jours seuls. » Son. « L’échouage des glo­bi­cé­phales en Nou­vel­leZé­lande (Océa­nie), c’est en­core autre chose. Ces dau­phins ne se sont pas rap­pro­chés des côtes pour mou­rir tous en­semble. Comme ce genre d’échouage se pro­duit sou­vent à cet en­droit, des scien­ti­fiques ont cher­ché à com­prendre la rai­son. C’est lié au lieu. Les glo­bi­cé­phales dé­tectent une “fausse” route : ils sont in­duits en er­reur. Ces ani­maux se dé­placent grâce à leur so­nar : ce­lui-ci en­voie un son. Ce son re­bon­dit sur l’obs­tacle et re­vient. Ce­la per­met aux dau­phins de “de­vi­ner” ce qu’il y a de­vant. Les scien­ti­fiques pensent que leur so­nar ne fonc­tionne pas près de ces côtes. Ré­sul­tat : ils ne les “voient” pas. » Sau­ver. « Des équipes d’hommes ont ten­té de re­mettre ces ani­maux à l’eau, pour les sau­ver. Mais c’est très com­pli­qué, car ces mam­mi­fères me­surent de 4 à 6 mètres de long ! » Quelle est la ca­pi­tale de la Nou­velle-Zé­lande (Océa­nie) ?

Des glo­bi­cé­phales échoués en Nou­velle-Zé­lande (Océa­nie) en fé­vrier. En an­glais, glo­bi­cé­phale se dit pi­lot whale ( whale si­gni­fie « ba­leine »). Pour tant, les glo­bi­cé­phales sont des dau­phins !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.