L’avis de Tho­mas Pesquet

Mon Quotidien - - FRANCE -

« J’ai tou­jours ai­mé l’école et ap­prendre. Je ne sais pas si c’est parce que mes pa­rents étaient en­sei­gnants... (rires). J’ado­rais les ma­thé­ma­tiques et les langues. Ap­prendre les langues est es­sen­tiel, sur tout au­jourd’hui. J’ai com­men­cé l’an­glais à 10 ans, car, à l’époque, on l’ap­pre­nait seule­ment à par tir de la 6e. C’est bien plus fa­cile d’étu­dier les langues quand on est jeune. Je m’en suis aper­çu quand j’ai com­men­cé le russe à 30 ans et le chi­nois à 35 ans ! Il ne faut pas avoir peur de par­ler l’an­glais, par exemple. Ce n’est pas parce qu’on ap­prend une autre langue que le fran­çais risque de dis­pa­raître. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.