L’avis de Tho­mas Pesquet

Mon Quotidien - - FRANCE -

« Sou­vent, quand les as­tro­nautes re­viennent sur la Terre, ils prennent cons­cience de la fra­gi­li­té de la pla­nète. Dans l’es­pace, on voit la fine couche de l’at­mo­sphère (gaz) conte­nant la vie telle qu’on la connaît. Et on voit la dé­fo­res­ta­tion en Ama­zo­nie (Amé­rique du Sud). En pas­sant 6 mois dans la Sta­tion spa­tiale, avec des res­sources li­mi­tées et des gens qu’on n’a pas for­cé­ment choi­sis, il faut s’adap­ter, trou­ver un moyen de tra­vailler en­semble. La Terre, c’est comme un gros vais­seau spa­tial. On doit tra­vailler avec des gens aux cul­tures et aux ha­bi­tudes dif fé­rentes, pour que tout fonc­tionne. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.