En France, les au­rores bo­réales sont plus rouges

Mon Quotidien - - À LA UNE - M. S.

Les érup­tions so­laires sont plus ou moins puis­santes mais fré­quentes

Du rouge, du vio­let, du vert... Ce sont les cou­leurs des au­rores bo­réales ayant éclai­ré le ciel entre le Pas-de-Ca­lais, la Moselle et la Ven­dée dans la nuit de mar­di à mer­cre­di. Jean Li­lens­ten, spé­cia­liste des au­rores bo­réales (lire Il a dit), ex­plique ce phé­no­mène et dit pour­quoi on a pu le voir en France. Éner­gie. « Le So­leil est une étoile pro­dui­sant de l’éner­gie. Il en­voie des par­ti­cules élec­triques lors des érup­tions so­laires. Ce­la s’ap­pelle le vent so­laire. Quand le So­leil s’agite, le vent so­laire at­teint une vi­tesse de 400 km par se­conde. Les par­ti­cules sont attirées par les pôles ma­gné­tiques (si­tués près du pôle Nord et du pôle Sud). Elles se cognent les unes contre les autres et se di­rigent vers la Terre en tour­nant au­tour d’elle. En che­min, elles per­cutent l’at­mo­sphère, qui, alors, bouge dans tous les sens. L’éner­gie créée par ce choc se trans­forme en une lu­mière co­lo­rée : une au­rore bo­réale est née. » • Érup­tions. « Les érup­tions so­laires sont plus ou moins puis­santes, mais elles sont fré­quentes. Mer­cre­di, le vent so­laire était plus ra­pide que d’ha­bi­tude. Les par­ti­cules se sont rap­pro­chées plus près de la Terre. Elles sont des­cen­dues à une al­ti­tude plus basse dans l’at­mo­sphère. Elles ont donc été vi­sibles sur une plus grande zone ter­restre. Se­lon les en­droits, elles n’avaient pas la même couleur. En France, les au­rores bo­réales sont sou­vent rouges. Plus au nord, comme au Royaume-Uni (Eu­rope), elles sont plu­tôt vertes. Ce­la vient de la forme de la Terre ». Que si­gni­fie l’ex­pres­sion « aux au­rores » ? Par­ti­cule : élé­ment. Ma­gné­tique : qui se com­por te comme un ai­mant. At­mo­sphère (ici) : couche d’air qui en­toure la Terre. très pe­tit

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.