« JE DÉFENDS MON PEUPLE ET SES TERRES »

Mon Quotidien - - À LA UNE -

Al­mir Na­raya­mo­ga, 40 ans, est le chef de la tri­bu des Su­rui, qui vit dans le nordouest du Bré­sil (Amé­rique). Mon Quo­ti­dien l’a ren­con­tré à Pa­ris il y a quelques jours, à l’oc­ca­sion de la sor­tie de son livre Sau­ver la pla­nète (édi­tions Al­bin Mi­chel). Dans ce livre, Al­mir ex­plique comment il tente de pro­té­ger la fo­rêt ama­zo­nienne et les peuples in­di­gènes. Après leur pre­mier con­tact avec les Blancs, en 1969, les Su­rui ont failli dis­pa­raître, vic­times d’épi­dé­mies (de grippe, de rou­geole…). « En 3 ans, notre tri­bu est pas­sée de 5 000 à 240 ha­bi­tants, ra­conte Al­mir. Mon père m’a ra­con­té comment presque toute notre fa­mille était morte, mais sans ja­mais m’éle­ver dans la haine des Blancs. » La tri­bu connaît d’autres me­naces : la fo­rêt où elle vit est « gri­gno­tée » par l’ar­ri­vée de nom­breuses en­tre­prises (agri­coles, d’abat­tage d’arbres, de construc­tion de routes…). En 50 ans, la po­pu­la­tion de l’Ama­zo­nie, au Bré­sil, est pas­sée de 6 à 25 mil­lions d’ha­bi­tants. Dans le Ron­dô­nia, l’État (ré­gion) où vit Al­mir, la place oc­cu­pée par la fo­rêt a di­mi­nué de 40 % ! Al­mir a été le pre­mier de sa tri­bu à faire des études à l’uni­ver­si­té. Di­plôme en poche, il a dé­ci­dé de s’en­ga­ger pour dé­fendre ses terres et les In­diens, par tous les moyens. À 17 ans, il est devenu le chef de l’un des 4 clans des Su­rui, puis le chef des Su­rui, en 2010. Au­jourd’hui, sa tri­bu compte 1 400 per­sonnes. Al­mir a re­çu l’aide du site amé­ri­cain Google Earth. « Des spé­cia­listes

Un char­ge­ment d’arbres cou­pés, dans une ré­gion du nord du Bré­sil (Amé­rique).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.