C’est quoi, l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par V. Pe­tit

Mé­lange. « C’est le fait de tra­vailler, en classe, sur un pro­jet qui mé­lange plu­sieurs ma­tières. Par exemple, on peut pro­po­ser aux élèves de réa­li­ser un guide tou­ris­tique nu­mé­rique de leur ré­gion. Pour ce­la, ils vont faire de l’his­toire, de la géo­gra­phie et de l’his­toire de l’art, pour trou­ver ce qu’ils vont mettre dans leur guide. Les en­fants tra­vaille­ront éga­le­ment le fran­çais, pour écrire les textes. En­fin, pour faire un livre nu­mé­rique, ils de­vront uti­li­ser leurs connais­sances en in­for­ma­tique. Et peu­têtre même en an­glais, s’ils veulent tra­duire leur guide ! » Utile. « Le but de l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té est de mon­trer aux élèves que ce qu’ils ap­prennent à l’école est utile dans la vie de tous les jours. Beau­coup d’entre eux pensent que les maths ou l’his­toire ne servent à rien. Ils ne sont donc pas très mo­ti­vés pour tra­vailler. » Équipe. « Les pro­jets in­ter­dis­ci­pli­naires de­mandent beau­coup de temps de pré­pa­ra­tion aux en­sei­gnants (qui doivent s’or­ga­ni­ser pour tra­vailler en­semble). Dans les em­plois du temps des en­fants, il fau­dra comp­ter de 3 à 6 h par se­maine pour réa­li­ser ces pro­jets. Avan­tage de l’in­ter­dis­ci­pli­na­ri­té : elle pousse les élèves à s’or­ga­ni­ser en équipe et de fa­çon au­to­nome. Ils ont un ob­jec­tif autre que faire plai­sir à leurs pa­rents en ayant de bonnes notes. Ce­la per­met aus­si de dé­cou­vrir des qua­li­tés tech­niques chez cer­tains élèves un peu moins bons à l’école. Ces qua­li­tés ne sont pas re­mar­quées en temps nor­mal, car elles ne sont pas né­ces­saires pour réus­sir au col­lège. » Dans le monde, au to­tal, 121 mil­lions d’en­fants et d’ados ne vont pas à l’école. Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.