Le py­ro­some est consti­tué de mil­liers d’ani­maux

Mon Quotidien - - À LA UNE - C. Hal­lé

Des plon­geurs sont ré­cem­ment tom­bés nez à nez avec une in­croyable créa­ture ma­rine, au large de l’île Ti­cao, aux Phi­lip­pines (Asie). Ils l’ont même fil­mée (vi­déo sur : bit.ly/1akok­qb). De quelle créa­ture s’agit-il ? Les ex­perts ne sont pas du même avis. Pour cer­tains, c’est un amas d’oeufs de ca­la­mars. Pour beau­coup d’autres, comme Jac­que­line Goy, de l’Ins­ti­tut océa­no­gra­phique de Pa­ris, c’est un py­ro­some, ou plu­tôt une co­lo­nie de py­ro­somes, aus­si ap­pe­lés « li­cornes des océans ». Elle ex­plique pour­quoi. Tube. « Le py­ro­some est consti­tué de mil­liers d’or­ga­nismes vi­vants, ap­pe­lés zoïdes et re­liés entre eux par une mem­brane gé­la­ti­neuse. L’en­semble forme un tube lu­mi­neux et ro­sé. Chaque zoïde a sa bouche à l’ex­té­rieur du tube. » OEufs. « Mais, sur­tout, ce tube est fer­mé d’un cô­té et ou­vert de l’autre, afin d’éva­cuer les ex­cré­ments des zoïdes. C’est grâce à cette ou­ver­ture, bien vi­sible sur la vi­déo, que l’on peut as­su­rer qu’il s’agit d’un py­ro­some. Dans le cas d’un amas d’oeufs, le tube est fer­mé des 2 cô­tés. »

L’en­semble forme un tube lu­mi­neux et ro­sé, fer­mé d’un cô­té et ou­vert de l’autre

Rare. « Les py­ro­somes sont her­bi­vores. Il est très rare d’en ob­ser­ver à faible pro­fon­deur en jour­née, car, d’ha­bi­tude, ils vivent à 100 m ou 200 m sous l’eau. Ils ne re­montent que la nuit, pour se nour­rir de très pe­tites algues. La rai­son : à ce mo­ment-là, les algues ont beau­coup d’ami­don, grâce à la pho­to­syn­thèse faite dans la jour­née (lire Com­prendre). » Quel cé­ta­cé était au­tre­fois ap­pe­lé « li­corne de mer » ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.