Vrai ou faux ? En France, al­ler chez le mé­de­cin, c’est gra­tuit

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Ar­gent. « C’est faux ! Ce n’est pas gra­tuit d’al­ler chez le mé­de­cin, même si, par­fois, tu ne vois pas tes pa­rents lui don­ner de l’ar­gent. » Sé­cu­ri­té so­ciale. « C’est un peu comme si les pa­tients (ma­lades) payaient leur mé­de­cin d’une autre fa­çon. Les adultes co­tisent en fonc­tion de l’ar­gent qu’ils ont. Co­ti­ser, ce­la veut dire qu’ils donnent une par­tie de l’ar­gent qu’ils gagnent (ex. : en tra­vaillant) à la Sé­cu­ri­té so­ciale. Di­sons que c’est une im­mense ti­re­lire ! Comme des mil­lions de per­sonnes en France lui versent de l’ar­gent, la Sé­cu­ri­té so­ciale dis­pose (pos­sède) d’une grosse somme. En­suite, cet ar­gent est re­dis­tri­bué pour payer les mé­de­cins. Mais aus­si les mé­di­ca­ments, les frais d’hô­pi­tal… Mais le sys­tème est un peu plus com­pli­qué que ce­la, car d’autres or­ga­ni­sa­tions viennent par­fois com­plé­ter la Sé­cu­ri­té so­ciale pour tous ces paie­ments (ex. : mu­tuelles). » So­li­da­ri­té. « Ce sys­tème est fon­dé sur la so­li­da­ri­té. Ce­la doit per­mettre à tous les Fran­çais, ceux qui ont de l’ar­gent et ceux qui en ont moins, de pou­voir al­ler chez le mé­de­cin, de se faire soi­gner. Ce­la concerne toutes les ma­la­dies et tous les mé­de­cins. » Comment s’ap­pelle la feuille sur la­quelle le mé­de­cin écrit les mé­di­ca­ments à prendre ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.