Qu’est-ce qu’un dal­to­nien ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par A. Ta­riel

Cou­leurs. « Un dal­to­nien ne voit pas bien les cou­leurs, il les confond. Il y a dif­fé­rents ni­veaux de dal­to­nisme. Ce pro­blème concerne sur­tout les gar­çons (de 5 à 8 %). Seule­ment 0,5 % des filles sont tou­chées. » Cap­teurs. « Dans l’oeil, nous avons 3 cap­teurs qui dé­tectent les cou­leurs vert, rouge et bleu. Chez les dal­to­niens, 1, 2 ou 3 cap­teurs fonc­tionnent mal. Il s’agit le plus souvent du vert ou du rouge. Les dal­to­niens ne dis­tinguent pas bien les orange, rouge, rose, vert... Ils voient bien les ob­jets, mais pas de la bonne cou­leur. » Nais­sance. « On est souvent dal­to­nien de nais­sance. Les per­sonnes tou­chées peuvent ne pas le sa­voir. Mais lors­qu’elles re­marquent que les autres ne voient pas les mêmes cou­leurs, elles s’en rendent compte. Tou­te­fois, il n’existe pas de fa­çon de les gué­rir. » Mé­tiers. « Le dal­to­nisme ne pose pas de gros pro­blèmes dans la vie de tous les jours. Mais, dans cer­tains pays, on in­ter­dit aux dal­to­niens d’exer­cer cer­tains mé­tiers comme pi­lote ou élec­tri­cien. » Test. « Si un en­fant se trompe souvent de cou­leur, c’est peut-être parce qu’il est dal­to­nien ! Dans ce cas-là, mieux vaut le si­gna­ler pour faire un test et le dé­tec­ter. Qui a dé­cou­vert le dal­to­nisme au XVIIIe (18e) siècle ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.