Cet étrange pois­son a été fil­mé pour la pre­mière fois

Mon Quotidien - - À LA UNE - P. Fon­ta­nel

Les plon­gées, jus­qu’à 70 m, étaient ris­quées

Le ré­ga­lec : ce nom ne te dit sans doute rien. Il s’agit pour­tant du plus grand pois­son os­seux du monde ! Il me­sure en moyenne 5 m de long, mais peut at­teindre 11 m et pe­ser jus­qu’à 270 kg. Pour la pre­mière fois, des scien­ti­fiques fran­co-ita­liens ont fil­mé cet étrange pois­son dans son mi­lieu na­tu­rel. Il a la par­ti­cu­la­ri­té de na­ger à la ver­ti­cale ! Le do­cu­men­taire sur ce pois­son, dif­fu­sé de­main sur Arte, à 22 h 20 (à en­re­gis­trer), a né­ces­si­té 2 ans de tra­vail. Une ex­pé­di­tion scien­ti­fique en mer Mé­di­ter­ra­née a été créée. Elle com­por­tait des risques : pour fil­mer le ré­ga­lec, il a fal­lu plon­ger de jour comme de nuit à de grandes profondeurs (pour l’homme) : jus­qu’à 70 m. Le plus souvent, ce pois­son vit beau­coup plus pro­fond (600 m en moyenne). Il pos­sède une crête rouge et une na­geoire fine et trans­pa­rente qui on­dule et le pro­pulse. Sa peau, dé­pour­vue d’écailles, ren­voie la lu­mière comme un mi­roir. Il se nour­rit de krill. Il est chas­sé par les ca­cha­lots et les re­quins. Jus­qu’à ré­cem­ment, on ne connais­sait le ré­ga­lec que grâce à des poissons échoués sur des plages... ou à tra­vers de vieilles lé­gendes (lire Dans l’his­toire) ! « La pre­mière fois que j’ai ob­ser­vé un ré­ga­lec, c’était par ha­sard, en 2004, ra­conte Da­vid Lu­quet, plon­geur scien­ti­fique qui a par­ti­ci­pé à cette aven­ture. Je ré­pa­rais une bouée qui me­su­rait la tem­pé­ra­ture de l’eau en Mé­di­ter­ra­née et je suis tom­bé nez à nez avec cet étrange pois­son. J’ai tout de suite su que c’était un ré­ga­lec. » Com­bien d’es­pèces de poissons sont dé­cou­vertes chaque an­née ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.