Su­per­mar­chés : que de­vient la nour­ri­ture in­ven­due ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Don­nés. « Ce­la dé­pend du type de nour­ri­ture. 2 ou 3 jours avant leur date de pé­remp­tion, les pro­duits sont don­nés, car les clients ne les achètent plus. Des as­so­cia­tions (ex. : Banques ali­men­taires, Res­tos du coeur) viennent cher­cher des yaourts, des fro­mages, cer­tains plats pré­pa­rés… La re­dis­tri­bu­tion est ra­pide et ces pro­duits se­ront man­gés avant d’être périmés. Nous don­nons aus­si des pro­duits qui ne peuvent plus être ven­dus (ex. : quand l’em­bal­lage est abî­mé). » Je­tés. « Les pro­duits périmés sont je­tés. Même chose pour les pro­duits “com­pli­qués” (viande, pois­son, sur­ge­lés…), qui vont à la pou­belle dès qu’ils ne peuvent plus être ven­dus. Il est com­pli­qué de les don­ner en res­pec­tant toutes les règles d’hy­giène. » Trans­for­més. « Des pro­duits sont don­nés à des en­tre­prises qui les trans­forment (ex. : pour faire des soupes, des jus, de la nour­ri­ture pour ani­maux). D’autres sont trans­for­més (en éner­gie, en com­post...) dans les ma­ga­sins qui sont équi­pés. » Dé­truits. « Des pro­duits je­tés sont par­fois dé­truits dans les pou­belles (ex. : avec de l’eau de Ja­vel). Nous avons la res­pon­sa­bi­li­té de ne don­ner que des pro­duits qui peuvent être man­gés. » Quel mot dé­signe une per­sonne qui tra­vaille gra­tui­te­ment pour ai­der les autres ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.