Des mé­di­ca­ments à base de ve­nin de scorpion ?

Mon Quotidien - - FRANCE - M. S.

Et si le ve­nin des ser­pents, arai­gnées ou mol­lusques ser­vait à fa­bri­quer des mé­di­ca­ments pour l’homme ? Sé­bas­tien Du­tertre, cher­cheur à l’uni­ver­si­té de Mont­pel­lier (34), tra­vaille sur le ve­nin du scorpion lan­gue­do­cien. Le ve­nin de la plu­part des ani­maux ve­ni­meux peut être mor­tel pour l’homme. Cer­tains de ces ani­maux peuvent même mo­di­fier la com­po­si­tion de leur ve­nin ! Il pa­ra­lyse une proie lors­qu’un ani­mal les at­taque, ou les pro­tège quand ils se dé­fendent. « Chez cer­taines es­pèces, des toxines dans le ve­nin peuvent être mo­di­fiées pour soi­gner l’homme, dit le cher­cheur. Un mé­di­ca­ment à base de ve­nin de cro­tale (ser­pent) est dé­jà uti­li­sé pour évi­ter des ma­la­dies de coeur. Le ve­nin d’es­car­got ma­rin sert à fa­bri­quer un puis­sant an­ti­dou­leur. »

Le scorpion lan­gue­do­cien est l’un des plus grands d’Eu­rope (en­vi­ron 8 cm de la queue aux pinces).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.