À quoi res­sem­blait la vie des es­claves en Amé­rique ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par S. Le­long

Afri­cains. « Dès le XVIIe (17e) siècle, les es­claves sont sur­tout des Afri­cains, jeunes et en bonne san­té. Ils sont ache­tés par des mar­chands d’es­claves eu­ro­péens blancs. Puis, ils sont trans­por­tés en ba­teau en Amé­rique. Ils sont en­suite ven­dus à des pro­prié­taires pour tra­vailler dans leurs plan­ta­tions de canne à sucre, de ca­fé… Des femmes aus­si ont été ven­dues comme es­claves, pour ser­vir dans les mai­sons ou pour faire des bé­bés et donc de nou­veaux es­claves. » Maîtres. « Les es­claves avaient une vie très dif­fi­cile. Ils tra­vaillaient du le­ver au cou­cher du so­leil. Les maîtres étaient sou­vent vio­lents avec eux. Ceux qui avaient un cer­tain ta­lent (ex. : ils cui­si­naient bien) étaient par­fois un peu mieux trai­tés. Du­rant les pé­riodes où il y a eu moins d’es­claves, les pro­prié­taires fai­saient plus at­ten­tion, car les es­claves va­laient plus cher. Mais, de ma­nière gé­né­rale, la vie d’un es­clave noir ne va­lait pas grand-chose aux yeux de son pro­prié­taire. » En­fants. « Les en­fants com­men­çaient à faire des pe­tits tra­vaux vers 7 ou 8 ans. Et, à par­tir de 11 ans, ils tra­vaillaient comme les adultes. Les es­claves n’avaient ni le droit de lire ni le droit d’écrire. » En quelle an­née l’es­cla­vage a-t-il été dé­fi­ni­ti­ve­ment abo­li (sup­pri­mé, in­ter­dit) en France ?

Des­sin re­pré­sen­tant des Afri­cains cap­tu­rés qui vont être ven­dus pour être es­claves.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.