À 17 ans, Ma­ri­na Kaye est une chan­teuse starr

Mon Quotidien - - FRANCE - En­tre­tien réa­li­sé par A. N.-C.

Le tube Ho­me­less, de la chan­teuse Ma­ri­na Kaye, est en tête des ventes de singles de­puis plu­sieurs se­maines. À 17 ans, Ma­ri­na a dé­jà un par­cours mu­si­cal bien rem­pli ! En 2011, elle a rem­por­té la 6e sai­son de l’émis­sion La France a un in­croyable ta­lent. Son pre­mier al­bum, Fear­less, est sor­ti la se­maine der­nière. Col­lège. « Après l’émis­sion, on ne m’a pro­po­sé que des co­mé­dies mu­si­cales. Or, je vou­lais faire une car­rière so­lo. Être noyée dans la masse ne m’in­té­res­sait pas. J’ai pré­fé­ré re­tour­ner d’où je ve­nais plu­tôt que d’ac­cep­ter n’im­porte quoi juste pour être pré­sente. Au col­lège, je sen­tais une vraie haine de la part des adultes et de mes ca­ma­rades. On m’em­bê­tait en per­ma­nence. J’ai fi­ni par être re­gar­dée comme la bête noire. Je n’étais pas faite pour ce genre de scolarité. On m’em­bê­tait parce que je sa­vais chan­ter. » Écri­ture. « Pour moi, l’écri­ture est une ex­cel­lente thé­ra­pie. J’ai en­vie de me dé­li­vrer de pas mal de choses. Je les re­trans­cris en sen­ti­ments, en sen­sa­tions… Mais j’es­saie aus­si d’écrire pour que les autres puissent s’ap­pro­prier les chan­sons. Même si cer­taines sont plus douces, il y a tou­jours une puis­sance : dans les mots, dans la fa­çon de chan­ter... » Al­bum. « Pour mon al­bum, j’ai pu faire exac­te­ment ce que je vou­lais. Quand je l’écoute au­jourd’hui, je n’en re­viens pas. C’est comme si je pla­nais au-des­sus de moi-même. Mais je ne suis ja­mais sa­tis­faite : main­te­nant, je ré­flé­chis à la ma­nière dont je vais dé­fendre ce disque sur scène. » Que si­gni­fie ho­me­less, en an­gl a

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.