France : qui dé­cide de ce qu’il y a dans les pro­grammes sco­laires ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

18 per­sonnes. « De­puis 2013, c’est le Conseil Su­pé­rieur des Pro­grammes (CSP). Il se com­pose de 18 per­sonnes, dont 10 tra­vaillent dans l’éducation (pro­fes­seurs d’uni­ver­si­té, spé­cia­listes des ma­tières...). Les autres sont des hommes ou des femmes po­li­tiques (3 dé­pu­tés et 3 sé­na­teurs) et 2 membres du Conseil éco­no­mique, so­cial et en­vi­ron­ne­men­tal (une or­ga­ni­sa­tion qui re­pré­sente le monde pro­fes­sion­nel). » Ex­perts. « Le CSP fait aus­si ap­pel à des ex­perts. Par exemple, quand il a été ques­tion de faire des cours de mo­rale, un groupe a été spé­cia­le­ment créé. » Mi­nistre. « Ces ex­perts ré­digent un pro­jet. Les 18 membres en dis­cutent, puis le re­mettent au mi­nistre de l’Éducation. Les ins­ti­tu­teurs et les pro­fes­seurs doivent alors don­ner leur avis. Se­lon leurs ré­ac­tions et leurs com­men­taires, le mi­nistre prend sa dé­ci­sion. S’il dé­cide de chan­ger le programme, ce­lui-ci est pu­blié au Jour­nal of­fi­ciel (lire n° d’hier). » Pro­fes­seur. « En­suite, ce programme est sui­vi. Le pro­fes­seur garde de la “li­ber­té” dans sa classe, car le programme est vaste. Mais, bien sûr, il y a des su­jets qu’il ne peut pas lais­ser de cô­té ! » Com­ment s’ap­pelle l’ac­tuelle mi­nistre de l’Éducation nationale ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.