Foot fé­mi­nin : c’est par­ti pour le Mon­dial

Mon Quotidien - - FRANCE - A. N.-C.

Place aux dames ! Le Mon­dial de foot fé­mi­nin dé­bute au­jourd’hui au Ca­na­da (Amé­rique). Il a lieu jus­qu’au 5 juillet. In­ter­view de Wen­die Re­nard, 24 ans, ca­pi­taine de l’équipe de France. Confiance. « Nos ré­sul­tats nous donnent confiance pour dé­mar­rer, même si les matchs ami­caux et la com­pé­ti­tion n’ont rien à voir. Il y au­ra des équipes fortes ayant ga­gné beau­coup de titres : le Ja­pon, les ÉtatsU­nis, l’Al­le­magne… Nous ne par­tons pas fa­vo­rites, car notre équipe n’a pas ga­gné de “grande” com­pé­ti­tion. Mais la Coupe du monde est la plus belle et on a en­vie de se sur­pas­ser ! On en est ca­pables. » Étapes. « La mé­dia­ti­sa­tion du foot fé­mi­nin a beau­coup évo­lué. En 5 ans, nous avons fran­chi beau­coup d’étapes. Il y a eu un vrai chan­ge­ment avec la Coupe du monde de 2011. Le nombre de li­cen­ciées a énor­mé­ment aug­men­té. Main­te­nant, c’est à nous de rem­por­ter un titre pour faire en­core avan­cer les choses. » Avec les gar­çons. « J’ai com­men­cé à jouer dans mon quar­tier, à la Mar­ti­nique (île fran­çaise des An­tilles), et à l’école. Dans ma fa­mille, tout le monde fai­sait du foot ou du handball. J’ai in­té­gré un club de foot à 7 ans (elle jouait alors dans une équipe de gar­çons). J’étais la pro­té­gée du groupe, la pe­tite prin­cesse. Mais, quand on joue avec des gar­çons, on ap­prend vite. Ils ne font pas de ca­deaux et je n’avais pas en­vie de me lais­ser mar­cher des­sus. Ça a été un peu dur quand j’ai été obli­gée de quit­ter mon île, à 16 ans. Mais ma fa­mille m’a tou­jours en­cou­ra­gée. » Les joueuses de foot fran­çaises s au Mon­dial de 2011. Vrai ou fa a

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.