Pa­ris : pour­quoi re­ti­rer les ca­de­nas d’amour sur les ponts ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Dan­ge­reux. « Parce que c’est dan­ge­reux. Les garde-corps s’abîment à cause du poids des ca­de­nas. Des élé­ments mé­tal­liques se dé­tachent et sont cou­pants. En plus, lorsque des trous se forment dans le grillage, ce­la peut en­traî­ner des risques de chutes de per­sonnes dans la Seine. Et les po­seurs de ca­de­nas vont par­fois en ac­cro­cher à des en­droits dan­ge­reux (ex. : de l’autre cô­té des garde-corps, au som­met des lam­pa­daires). » Pas es­thé­tique. « Autre rai­son : ce n’est pas es­thé­tique. Le pont des Arts est un mo­nu­ment his­to­rique à pro­té­ger. On se de­mande aus­si quel est l’ef­fet sur l’en­vi­ron­ne­ment des cen­taines de mil­liers de clés je­tées dans la Seine... » Pont des Arts. « À Pa­ris, ce­la concerne sur­tout le pont des Arts (près du mu­sée du Louvre), mais aus­si le pont de l’Ar­che­vê­ché (près de la ca­thé­drale Notre-Dame) et la pas­se­relle Léo­poldSé­dar-Sen­ghor (près des Tui­le­ries). Cette mode a com­men­cé en 2008, mais la mul­ti­pli­ca­tion des ca­de­nas date de 2010. » Re­cy­clage. « La Ville de Pa­ris va conser­ver les ca­de­nas et ré­flé­chit à leur re­cy­clage. Nous en fe­rons peut-être quelque chose (ex. : une sta­tue) qui sym­bo­lise l’amour, mais sans ca­de­nas. » Le pont Neuf est le plus vieux pont exis­tant de Pa­ris. Vrai ou faux ?

Un em­ployé de la mai­rie de Pa­ris re­ti­rant des ca­de­nas d’amour du pont des Ar ts, lun­di.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.