Ch­ris Pratt, hé­ros de « Ju­ras­sic World »

Mon Quotidien - - FRANCE - F. Rous­seau

Des di­no­saures en li­ber­té ! Le film Ju­ras­sic World, en salles de­puis mer­cre­di (lire n° 5 600), est une suite de la sa­ga Ju­ras­sic Park (dont le 1er film est sor­ti en 1993). L’ac­teur amé­ri­cain Ch­ris Pratt joue le rôle d’Owen Gra­dy, un dres­seur de vé­lo­ci­rap­tors (di­no­saures dan­ge­reux). In­ter­view. Ci­né­ma. « Je de­vais avoir 13 ans quand j’ai vu le 1er Ju­ras­sic Park au ci­né­ma. C’était un évé­ne­ment ! On n’avait ja­mais vu un truc pa­reil : des di­no­saures qui bou­geaient de fa­çon fluide et qui sem­blaient vrai­ment man­ger l’écran. On était très très loin des films faits avec du car­ton ou de la pâte à mo­de­ler. Ça a été un grand mo­ment pour moi, car nous y sommes al­lés en fa­mille. Et parce que mes pa­rents nous ont lais­sés nous ga­ver de pop-corn ! » Di­no­saures. « Quand on joue dans un film pa­reil, on s’in­té­resse for­cé­ment aux di­no­saures. J’ai lu quelques livres et des ar­ticles sur des théo­ries très sé­rieuses... et d’autres to­ta­le­ment folles. Par exemple, ils ont peut-être dis­pa­ru à cause de graves pro­blèmes de consti­pa­tion ! Mais j’ai ap­pris que les T. rex étaient des cham­pions pour dé­tec­ter les mou­ve­ments. Si j’avais été re­pé­ré par cet ani­mal, je crois que je me se­rais mis à cô­té d’un tou­riste qui s’agite en es­pé­rant qu’il se fasse cro­quer à ma place (rires) !» Cou­teau. « Quand je voyage, j’ai tou­jours une lampe et un cou­teau suisse dans ma va­lise. Je suis quel­qu’un de pré­voyant. Je me dis qu’en cas de dan­ger ou de sé­jour pro­lon­gé non pré­vu en mi­lieu dan­ge­reux, je suis prêt ! » Le mot di­no­saure vient de mots s et « lé­zard ». Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.