Une ba­taille dif­fi­cile, à 125 000 contre 210 000

Mon Quotidien - - À LA UNE - V. Pe­tit

En 1812, Na­po­léon Ier contrôle une grande par­tie de l’Eu­rope. Dès 1813, plu­sieurs pays se ré­voltent contre lui. For­cé à ab­di­quer (lire p. 2), il re­vient en 1815. Pour re­prendre le pou­voir, il doit vaincre les Bri­tan­niques, les Prus­siens et les Néer­lan­dais, qui ont re­grou­pé leurs troupes en Bel­gique. Le com­bat s’an­nonce dif­fi­cile. Na­po­léon n’a que 125 000 hommes. Ses ad­ver­saires en ont 210 000. Voi­ci com­ment s’est dé­rou­lée la ba­taille de Wa­ter­loo. 11 h : des sol­dats fran­çais at­taquent un châ­teau te­nu par les Bri­tan­niques. Ils tentent de dé­lo­ger leurs en­ne­mis, sans suc­cès. 13 h 30 : d’autres sol­dats es­sayent d’at­ta­quer des postes bri­tan­niques. Ils sont re­pous­sés. En grim­pant sur une col­line, des Fran­çais sont sur­pris par des Bri­tan­niques ca­chés, qui les pour­suivent. 15 h : la ca­va­le­rie fran­çaise passe les lignes en­ne­mies, mais elle doit faire de­mi-tour à cause des tirs des ad­ver­saires. Les sol­dats re­partent sans avoir pu dé­truire les ca­nons de leurs en­ne­mis.

La ba­taille a fait plus de 10 000 morts, la plu­part fran­çais

18 h 30 : un gé­né­ral de Na­po­léon réus­sit à prendre l’un des postes en­ne­mis. Il lui de­mande de l’aide pour le te­nir. Na­po­léon re­fuse : il veut que ses troupes com­battent les Prus­siens. 19 h 30 : les Fran­çais sont en­cer­clés. Beau­coup s’en­fuient. La ba­taille a fait plus de 10 000 morts, la plu­part fran­çais, et des mil­liers de bles­sés. Na­po­léon par­vient à s’échap­per. Il re­tourne à Pa­ris. Il se­ra en­suite fait pri­son­nier par les Bri­tan­niques. Wa­ter­loo est aus­si le nom de l’une des gares de Londres, au Royaume-Uni (Eu­rope). Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.