Éclai­rer des toi­lettes grâce au pipi des gens

Mon Quotidien - - À LA UNE - V. Pe­tit

Ima­gine que ton pipi per­mette de pro­duire de l’élec­tri­ci­té pour éclai­rer les toi­lettes. Ce­la te semble fou ? Pour­tant, c’est l’idée d’un groupe de scien­ti­fiques bri­tan­niques. De­puis le mois de mars, ils testent dans une uni­ver­si­té des toi­lettes qui ré­coltent le pipi pour faire de la lu­mière. Ce sys­tème fonc­tionne avec une pile. Pour faire mar­cher une pile nor­male, 2 élé­ments ga­zeux sont né­ces­saires : le di­hy­dro­gène et le di­oxy­gène. Le di­oxy­gène vient de l’air. Le di­hy­dro­gène vient des com­po­sants de la pile qui, en « vieillis­sant », en fa­brique. Lorsque les com­po­sants sont « morts », la pile ne fonc­tionne plus. Il faut donc la rem­pla­cer. La pile qui fonc­tionne au pipi est spé­ciale : son di­hy­dro­gène est fa­bri­qué par des mi­crobes pré­sents dans le pipi. Tant qu’il y a du pipi, la pile marche ! Cette in­ven­tion est sur­tout des­ti­née aux camps de ré­fu­giés. Dans ces en­droits, il est dif­fi­cile d’avoir de l’élec­tri­ci­té, et les toi­lettes ne sont pas éclai­rées. Ce­la peut être dan­ge­reux, sur­tout pour les femmes qui y vont seules la nuit. Il ar­rive qu’elles se fassent agres­ser. Grâce à ce sys­tème, elles se­ront da­van­tage en sé­cu­ri­té. Le prix de ces toi­lettes est bas. La struc­ture coûte 848 eu­ros, et une pile, 1,40 eu­ro.

Le di­hy­dro­gène de la pile est fa­bri­qué par les mi­crobes pré­sents dans le pipi

Plu­sieurs per­sonnes tentent d’uti­li­ser le pipi dans leurs in­ven­tions. Il y a 2 ans, 4 jeunes Ni­gé­rianes avaient réus­si à faire fonc­tion­ner un mo­teur avec de l’urine... un car­bu­rant 100 % na­tu­rel ! Com­ment dit-on « pipi », en an­glais ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.