Ré­fu­gié po­li­tique et mi­grant éco­no­mique : quelle dif­fé­rence ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Pays. « Un ré­fu­gié po­li­tique est un mi­grant. Il a fui son pays, car la si­tua­tion était trop dif­fi­cile à vivre pour lui. Les rai­sons de son dé­part peuvent être di­verses. Il peut avoir fui la guerre. Il peut avoir fui parce que les gens de sa re­li­gion sont tués. Parce que les gens de sa cou­leur de peau sont mal­trai­tés ou en­core parce qu’il risque d’être tué à cause de ses idées po­li­tiques... » Prou­ver. « Une fois qu’il est ar­ri­vé dans un autre pays, par exemple en France, il de­mande qu’on le re­con­naisse comme étant un ré­fu­gié po­li­tique. Ce­la veut dire qu’il doit ex­pli­quer pour­quoi il a fui et prou­ver qu’il était me­na­cé. S’il est ac­cep­té comme “ré­fu­gié po­li­tique”, il a le droit d’ha­bi­ter et de tra­vailler dans le pays qui l’ac­cueille. En France, l’an­née der­nière, 64 536 per­sonnes ont fait cette de­mande. 14 564 sont de­ve­nues ré­fu­giés po­li­tiques. » Droit. « L’ex­pres­sion “mi­grant éco­no­mique” a été in­ven­tée par les mé­dias pour dé­si­gner les per­sonnes qui sont ar­ri­vées en France illé­ga­le­ment (sans en avoir le droit). Elles ne sont pas au­to­ri­sées à y res­ter. Ces per­sonnes ne sont pas des ré­fu­giés po­li­tiques. » Com­bien de pays font par­tie de l’Union eu­ro­péenne ?

Un camp de mi­grants ins­tal­lé près de la sta­tion de mé­tro Aus­ter­litz, à Pa­ris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.