Après la mort, quels or­ganes peu­ton don­ner pour sau­ver des vies ?

Mon Quotidien - - LA QUESTION - En­tre­tien réa­li­sé par R. Botte

Be­soin. « Il y en a beau­coup : le coeur, le foie, les pou­mons, les reins, le pan­créas, l’in­tes­tin. On peut aus­si don­ner de la peau, les os, les ar­tères (vais­seaux san­guins qui partent du coeur), la cor­née (sorte de peau trans­pa­rente sur l’oeil). Le jour de la mort d’une per­sonne, si elle a choi­si de don­ner ses or­ganes, ils ser­vi­ront à des ma­lades qui en ont be­soin pour vivre. 5 357 greffes d’or­ganes ont été réa­li­sées en 2014. Il y a aus­si de nou­velles greffes tes­tées : les mains, le vi­sage (une tren­taine dans le monde ont réus­si)... » Cer­veau. « Par contre, il est im­pos­sible de don­ner son cer­veau. Au­cune greffe n’est pos­sible ac­tuel­le­ment. » En­fant. « Pour faire une greffe sur un en­fant, il faut un or­gane d’en­fant. L’or­gane gran­di­ra en même temps que lui. Je connais un ado qui va fê­ter ses 15 ans : il a été gref­fé du foie quand il avait 18 mois ! » En par­ler. « Tout le monde peut don­ner des or­ganes. Cha­cun doit en par­ler avec sa fa­mille pour dire s’il veut que ses or­ganes soient don­nés après sa mort. Il est aus­si pos­sible d’im­pri­mer une carte de don­neur sur In­ter­net et de la gar­der avec soi. » Le rein est l’or­gane le plus souvent don­né en France. Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.