« Les ours doivent trou­ver de nou­velles nour­ri­tures »

Mon Quotidien - - À LA UNE - V. Pe­tit

Pour la pre­mière fois, des ours po­laires ont été vus en train de man­ger... des dau­phins. Des scien­ti­fiques ont as­sis­té à cette éton­nante scène en avril 2014 au Sval­bard, un ar­chi­pel de la Nor­vège (Eu­rope) près du pôle Nord. Ils viennent de le ra­con­ter dans un ar­ticle. L’ours blanc a été pho­to­gra­phié à cô­té des restes d’un dau­phin à nez blanc. Il a aus­si été vu avec le ca­davre d’un autre dau­phin, qu’il a en­ter­ré sous la neige pour le man­ger plus tard ! D’ha­bi­tude, les côtes du Sval­bard sont re­cou­vertes de glace au prin­temps et en hi­ver : les dau­phins ne s’en ap­prochent donc pas. Mais ce n’était pas le cas du­rant l’hi­ver 2013-2014, à cause du ré­chauf­fe­ment du cli­mat. Des dau­phins ont donc pu « s’aven­tu­rer » plus au nord que d’ha­bi­tude. Se­lon les scien­ti­fiques, ces dau­phins ont été pié­gés par la glace dans les fjords. Obli­gés de trou­ver des trous pour res­pi­rer, cer­tains ont alors été at­tra­pés par des ours po­laires. « Nous étions sur­pris, a ra­con­té Jon Aars, l’un des scien­ti­fiques au­teurs de l’ar­ticle, au site In­ter­net Live Science. Pas de voir que les ours blancs étaient ca­pables d’at­tra­per des dau­phins, mais plu­tôt de la pré­sence des dau­phins à cet en­droit et à cette pé­riode. » Les cher­cheurs ont conclu que le ré­chauf­fe­ment du cli­mat mo­di­fiait le com­por­te­ment des ani­maux. « Comme il n’y a plus de glace, les ours doivent trou­ver de nou­velles nour­ri­tures » , a ex­pli­qué le scien­ti­fique.

Nous étions sur­pris de la pré­sence de dau­phins à cet en­droit et à cette pé­riode

L’ours po­laire est le plus grand de tous les ours. Vrai ou faux ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.