Les dif­fé­rents types de pol­lu­tion ma­ri­time

Mon Quotidien - - SCIENCES -

Les eaux usées

Cer­taines villes éva­cuent leurs eaux usées (ex. : des égouts) di­rec­te­ment dans les fleuves ou dans la mer. Ces eaux contiennent donc des dé­chets : ce­la rend les eaux cô­tières par­ti­cu­liè­re­ment pol­luées.

Les algues vertes

L’agriculture uti­lise sou­vent des en­grais, qui fi­nissent par ar­ri­ver dans les ri­vières et dans la mer. Là, ils fa­vo­risent le dé­ve­lop­pe­ment des algues vertes, qui en­va­hissent les plages et les côtes.

Les sacs en plas­tique

Je­tés une fois uti­li­sés, beau­coup de sacs en plas­tique se re­trouvent dans la mer, où ils tuent poissons et dau­phins (qui se coincent de­dans ou les avalent) et sa­lissent les plages. En plus, ils ne dis­pa­raissent com­plè­te­ment de ma­nière na­tu­relle qu’au bout de 200 ans !

Les dé­chets in­dus­triels

Les pro­duits chi­miques dan­ge­reux uti­li­sés par les usines sont par­fois dé­ver­sés dans les fleuves ou dans la mer. Ces dé­chets vont en­suite dans les plantes, dans les poissons et dans les crus­ta­cés... La plu­part des poissons et des plantes ma­rines vivent dans les bas-fonds qui bordent les côtes. Et c’est jus­te­ment là que se concentre la pol­lu­tion...

Le dé­ga­zage

Beau­coup de na­vires net­toient leurs cuves de car­bu­rant en mer : le dé­ga­zage est pour­tant in­ter­dit ! L’eau qui a ser­vi à net­toyer les cuves est re­je­tée en mer... avec les restes de car­bu­rant.

Les ma­rées noires

Quand ils font nau­frage, les pé­tro­liers causent de grandes ca­tas­trophes : les ma­rées noires. La mer est alors re­cou­verte de pé­trole, qui va s’échouer sur des plages.

Les dé­chets ra­dio­ac­tifs

Ils sont pro­duits par les cen­trales nu­cléaires et res­tent ra­dio­ac­tifs pen­dant des mil­liers d’an­nées. Long­temps, on les a sim­ple­ment je­tés au fond de la mer. C’est dé­sor­mais in­ter­dit en Eu­rope.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.