COURT­NEY LEE

« UN PA­QUET D’ÉQUIPES ÉTAIENT EN VA­CANCES. NOUS, ON JOUAIT TOU­JOURS ! »

Mondial Basket - - Breakdown -

COURT­NEY LEE SE SOU­VIENT D’UNE FI­NALE NBA CAU­CHE­MAR­DESQUE FACE AUX LOS AN­GELES LA­KERS, EN 2009. IL ÉTAIT ROO­KIE AU MA­GIC D’OR­LAN­DO. IL VOU­LAIT RE­TOUR­NER EN FI­NALES ET EF­FA­CER UNE DÉ­BÂCLE (1-4). UN DÉ­FI PER­SON­NEL.

MON­DIAL BASKET : Court­ney, est-ce que Mem­phis est l’équipe dans la­quelle tu t’éclates le plus après avoir évo­lué à Or­lan­do, chez les Nets, à Hous­ton et à Bos­ton ?

Court­ney LEE : En tout cas, c’est l’équipe qui me fait le plus confiance et c’est dé­jà beau­coup ! J’ai le sen­ti­ment de jouer un rôle pré­pon­dé­rant, avec la né­ces­si­té d’ap­por­ter quelque chose des deux cô­tés du ter­rain. Je dois shoo­ter dans le pé­ri­mètre, prendre des re­bonds, ve­nir cou­per et swit­cher avec To­ny (Al­len) en dé­fense sur les ar­rières ad­verses. Je dois être com­plet mais c’est va­lo­ri­sant de sa­voir que l’on compte sur moi chaque soir.

MB : Quand l’at­taque de Mem­phis est grip­pée, c’est sur toi que ça tombe aus­si, non ?

C. L. : Il ne faut pas avoir peur de prendre ses res­pon­sa­bi­li­tés. Il est clair que le coach me de­mande de prendre tous les shoots ou­verts. La réus­site n’est pas tou­jours là mais je n’hé­site ja­mais car on a be­soin de mes points. Ça sou­lage notre dé­fense, qui fait ga­gner l’équipe et qui doit sou­vent sup­por­ter tout le poids du match. Quand ça ne rentre pas cer­tains soirs, je ne me dé­cou­rage pas. Je re­viens plus fort au match sui­vant.

MB : Parle-nous de la dé­fense de Mem­phis…

C.L. : On im­pose un jeu phy­sique en homme à homme au­tour de Marc (Ga­sol), qui est notre meilleur dé­fen­seur. En­suite, c’est Mike (Con­ley) qui donne le tem­po. To­ny (Al­len) et moi, on com­mu­nique pour stop­per les shoo­teurs ou pour intercepter, en jouant sur les lignes de passe de l’ad­ver­saire. Il y a un gros tra­vail de com­mu­ni­ca­tion entre nous. Mais quand ça fonc­tionne, les équipes en face en bavent en­core plus que nous… C’est notre récompense de voir qu’elles fi­nissent par im­plo­ser.

MB : On vous a vus à l’oeuvre sur le Match 2 de la de­mi-fi­nale de Confé­rence Ouest à Oak­land, les War­riors ayant si­gné leur pire pour­cen­tage de la sai­son der­rière l’arc. Est-ce la clé pour sur­vivre chez vous ?

C.L. : C’est l’une des clés. Ce soir-là, on a été forts aux in­ter­cep­tions et on a blo­qué leurs shoo­teurs, un peu comme on l’avait fait face à Port­land au 1er tour des playoffs. On sait qu’on survit dans la Wes­tern Confe­rence avec notre dé­fense. Si on ne dé­fend pas, on est morts !

MB : Tu as joué à l’Est et à l’Ouest. Dans quelle Confé­rence est-ce le plus dur sa­chant que LeB­ron James, Der­rick Rose, Dwyane Wade, John Wall, Paul Pierce et Car­me­lo An­tho­ny sont tous dans l’Eas­tern ?

C.L. : J’ai pas­sé trois ans et de­mi dans la Confé­rence Est et le reste dans la Wes­tern. Je peux te dire que c’est autre chose ici ! Si les stars sont à l’Est, les su­per­stars sont à l’Ouest.

MB : Pour­quoi Mem­phis est-il tou-

C.L. : On est un pe­tit marché qui n’in­té­resse pas les grands mé­dias. C’est un mi­racle d’avoir vu Marc (Ga­sol) star­ter de la Confé­rence Ouest au All-Star Game en fé­vrier der­nier, d’ailleurs. Mike (Con­ley) at­tend tou­jours sa pre­mière étoile. Quand tu vois son ni­veau de jeu, en at­taque comme en dé­fense, tu te pinces pour y croire ! Mais bon, on ne s’oc­cupe pas des autres… On joue notre basket, on joue sur nos points forts, c’est ce qui nous per­met d’avan­cer. Un pa­quet d’équipes étaient en va­cances. Nous, on jouait tou­jours !

MB : Tu te vois re­ve­nir en Fi­nales NBA ?

C.L. : Je me bats pour ça. Je n’ai ja­mais di­gé­ré l’af­front de 2009

C’est un dé­fi per­son­nel. Je veux re­jouer une Fi­nale et la ga­gner, cette fois.

SES PLAYOFFS 2015 : 14.4 PTS, 1.1 RBD, 5 PDS, 1.4 INT, 42.7% AUX TIRS

« Les stars sont dans la Confé­rence Est mais les su­per­stars sont dans la Confé­rence Ouest. C’est

autre chose ici ! »

Court­ney Lee

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.