LA LÉ­GENDE DE JIM­MY

Mondial Basket - - Life With -

CU­RIEUX DES­TIN QUE CE­LUI

DU TEXAN JIM­MY BUT­LER, ABAN­DON­NÉ BÉ­BÉ PAR SON PÈRE ET JE­TÉ DE­HORS PAR SA MÈRE À 13 ANS ! LE N°21 DES BULLS A DÉ­SOR­MAIS

UNE ÉTOILE ET LA NBA LUI A RE­MIS L’AWARD DE LA MEILLEURE PRO­GRES­SION. MAIS L’AR­RIÈRE DE CHI­CA­GO

RES­TE­RA MAR­QUÉ À VIE. ON COM­PREND POUR­QUOI EN ÉVO­QUANT LA LÉ­GENDE DE JIM­MY AVEC SES DEUX

AMIS D’EN­FANCE.

Drôle d’an­née pour Jim­my But­ler ! Ar­ri­vé en NBA par une porte dis­crète en 2011 (30e choix), le n°21 des Bulls s’est re­trou­vé sous les feux des pro­jec­teurs avec un pre­mier All-Star Game et le titre de meilleure pro­gres­sion de l’an­née (MIP), une pre­mière pour un joueur de Chi­ca­go. L’ar­rière de 25 ans ne s’en­flamme pas. « Quand je suis ar­ri­vé ici, je sa­vais que seul le tra­vail me per­met­trait de me faire une place dans cette Ligue. Cette récompense, comme la sé­lec­tion All-Star, ne doit pas res­ter sans suite. Ça ne doit être qu’une étape pour at­teindre un autre ni­veau », ajou­tait le na­tif de Hous­ton entre deux matches de la série Cle- ve­land-Chi­ca­go en de­mi-fi­nales de Confé­rence Est (4-2). But­ler n’a pas vo­lé son award, comme di­rait Tom Thi­bo­deau, son head coach. « Entre le gars que j’ai connu il y a 4 ans et ce­lui que l’on voit au­jourd’hui, il y a un bond gi­gan­tesque. Il est enfin re­con­nu et c’est mé­ri­té car c’est un joueur ta­len­tueux. » Jim­my a re­çu son tro­phée de­vant cinq joueurs des Bulls, Mike Dun­lea­vy, To­ny Snell et trois jeunes in­con­nus, dans un Uni­ted Cen­ter gla­cial, la veille de re­ce­voir LeB­ron James et ses ca­ma­rades des Cavs pour un choc de ti­tans. « Je ne sa­voure même pas car je suis concen­tré sur les playoffs, pour­sui­vait le lau­réat qui suc­cède à Go­ran Dra­gic (Phoe­nix, pas­sé à Mia­mi de­puis) au

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.