« Mes pa­rents m’ont en­sei­gné que les autres pou­vaient par­ler une autre langue, s’ha­biller au­tre­ment, avec des tra­di­tions et des croyances dif­fé­rentes. Il était im­por­tant non seule­ment de les com­prendre mais aus­si de les res­pec­ter » Steve Kerr

Mondial Basket - - Du Basket Et Des Coaches -

Comme ses frères et sa soeur, qui ont voya­gé à tra­vers le monde. L’his­toire de Steve est in­ti­me­ment lié à celle de son père. Mal­colm avait lui-même connu le dé­pay­se­ment à tra­vers ses propres pa­rents : en 1919, ceux-ci avaient émi­gré en Tur­quie avant de s’ins­tal­ler au Li­ban. Mal­colm avait tra­vaillé dans la re­cherche pour de­ve­nir en­sei­gnant, d’abord à Bey­routh puis à UCLA, où la fa­mille Kerr a gar­dé un pied-à-terre. Mais Steve n’est pas un sur­feur des plages du sud de la Ca­li­for­nie. Il a vé­cu en France, en Pro­vence, et au Li­ban, entre autres. « Mes pa­rents m’ont en­sei­gné que les autres pou­vaient par­ler une autre langue, s’ha­biller au­tre­ment, avec des tra­di­tions et des croyances autres que les nôtres. Il était im­por­tant non seule­ment de les com­prendre mais aus­si de les res­pec­ter », ex­plique le big boss de Gol­den State qui concluait avec hu­mour : « Tout ce­la est de­ve­nu concret des an­nées plus tard, quand Den­nis Rod­man est de­ve­nu mon co­équi­pier chez les Bulls… » Kerr plai­sante sur le su­jet mais son père n’avait pas dé­cro­ché un « lof­ty job » à Bey­routh au dé­but des an­nées 80. Le contexte in­ter­na­tio­nal de l’époque et ce­lui du Proche-Orient en par­ti­cu­lier fai­saient que les Amé­ri­cains étaient une cible prio­ri­taire. En oc­tobre 1983, deux at­ten­tats-sui­cides qua­si si­mul­ta­nés, à l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal de Bey­routh et dans le quar­tier de Ram­let elBai­da, firent 299 morts en frap­pant des sol­dats

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.