ÉDI­TO

Mondial Basket - - Plein Les Yeux - FRED LESMAYOUX

Les Bleus se sont don­né ren­dez-vous dans dix mois, pour les Jeux Olym­piques de Rio, en fixant, dans l’in­ti­mi­té d’un ves­tiaire éclai­ré, la mé­daille qui leur pen­dait au cou. Le bronze ren­voyait l’image d’une maigre con­so­la­tion au terme d’un Eu­ro où ils n’au­ront pas été au bout de leur rêve. Mais c’est un jo­li trem­plin pour la der­nière campagne qui at­tend la gé­né­ra­tion Par­ker. Les mé­dailles, ces Bleus-là les cueillent presque tous les ans à la force du poi­gnet. C’est pour­quoi il est dé­li­cat de leur en vou­loir d’avoir bé­gayé leur basket et leur stra­té­gie pen­dant trois minutes face à ces diables d’Es­pa­gnols. Trois pe­tites minutes qui ont mis le hap­py end d’une gé­né­ra­tion ex­cep­tion­nelle en stand-by. Une nuit blanche et un mea culpa li­bé­ra­teur les pro­je­taient, en cham­pions qu’ils sont, vers le Bré­sil, via un tour­noi de qua­li­fi­ca­tion pié­geur. Il s’agi­ra de conqué­rir une der­nière mé­daille, la seule qui manque sur leur CV bien noir­ci. Le temps presse, la sai­son se­ra longue mais le sou­tien de fans fan­tas­tiques leur a ré­chauf­fé le coeur. Pour eux, pour cette gé­né­ra­tion qui a tant ap­por­té, le basket fran­çais n’a pas le droit de man­quer son pro­chain ren­dez-vous. Il se­ra alors temps de pen­ser ave­nir. Et de rê­ver, en­core et tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.