POR­TRAIT NAN­DO DE CO­LO

TO­TA­LE­MENT MÉ­TA­MOR­PHO­SÉ, NAN­DO DE CO­LO A SOR­TI UN EU­RO DE FEU. UNE RÉUS­SITE FUL­GU­RANTE APRÈS UNE SAI­SON BIEN REM­PLIE AU CSKA MOS­COU. BIEN DANS SA TÊTE, HEU­REUX DE SON JEU, L’AN­CIEN SPUR N’EST PAS OP­PO­SÉ À UN RETOUR EN NBA. MAIS PAS À N’IM­PORTE QUEL PRIX.

Mondial Basket - - Plein Les Yeux - PAR AR­MEL LE BESCON, EN­VOYÉ SPÉ­CIAL À LILLE

Soi­rée or­di­naire de sai­son ré­gu­lière à San An­to­nio. Bo­ris Diaw sort du ves­tiaire des Spurs après le match. Nan­do De Co­lo tape la dis­cu avec nous, quelques mètres plus loin dans un cou­loir. « Bo­bo » l’in­vite à le re­joindre pour dî­ner. Ti­mi­de­ment, ce der­nier se joint au « french crew » mais le coeur n’y est pas. Ce soir-là, il n’a pas joué. Mais De Co­lo n’a pas joué sou­vent chez les Texans. Sa si­tua­tion n’était guère meilleure à To­ron­to où il fut en­voyé le jour de la dead­line, le 20 fé­vrier 2014 (échan­gé contre Aus­tin Daye). Chez les Spurs, il y avait des ca­dors de­vant lui. To­ny Par­ker, Ma­nu Gi­no­bi­li, Pat Mills, Dan­ny Green, Ga­ry Neal. Du beau monde à l’ar­rière. Chez les Rap­tors, le ba­ck­court était moins clin­quant mais lui aus­si af­fi­chait com­plet avec Kyle Lo­wry, De­Mar DeRo­zan et Grei­vis Vas­quez. Ré­sul­tat né­ga­tif. For­cé­ment. Du­rant son sé­jour outre-At­lan­tique, De Co­lo a dis­pu­té 119 games en 2 ans. A peine 12 minutes en moyenne pour 3.8 points et 1.7 as­sist. Il shoo­tait à moins de 43%. Bien sûr, Nan­do a goû­té à la fré­né­sie mé­dia­tique d’une Fi­nale NBA, quand San An­to­nio a af­fron­té le Mia­mi Heat de LeB­ron James en juin 2013 (dé­faite 3-4), mais il a sui­vi ça du bout du banc ou en cos­tard. Son coach, Gregg Po­po­vich, s’ap­puyait sur un ros­ter de « figh­ters » pour conqué­rir un cin­quième titre. Qui échap­pa aux Spurs cette sai­son-là. Pour Nan­do, ce fut le clap de fin. Retour à la case « Eu­rope » à l’is­sue de la sai­son 2013-14. Le Nor­diste pas­sé par Cho­let et Va­lence, en Es­pagne, s’en tire bien : il dé­croche un contrat au CSKA Mos­cou, ha­bi­tué à dis­pu­ter la reine des com­pé­ti­tions conti­nen­tales. Avec le club russe, Nan­do at­teint le Fi­nal Four de l’Eu­ro­ligue (dé­faite

« J’AI UNE NOU­VELLE VI­SION DE LA NBA AU­JOURD’HUI PAR RAP­PORT À CE QUE J’AI VÉ­CU. JE SUIS OU­VERT À UN RETOUR MAIS PAS POUR RES­TER SUR LE BANC » NAN­DO DE CO­LO

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.